WebPME
Retour à la page d'accueil OK     Plan du site     Imprimer Imprimer    
  Vous êtes ici :  Accueil > Continents, pays, villes, lieux > France > Paris, la capitale de la France > N.-Dame-des-Victoires, orgue Kern
Continents, pays, villes, lieux
Afrique du Sud
Allemagne
Angleterre (Great Britain)
Australie
Autriche
Belgique
Canada
Danemark
Etats-Unis d'Amérique
France
Alsace (région)
Bourgogne (région)
Franche-Comté (région)
Altkirch (église N.-Dame, orgue)
Angers (cathédrale, orgues)
Aups (Var: orgue italien)
Avignon (deux orgues à voir)
Barjols: orgue précieux de Provence
Bettlach (orgue Callinet magnifique)
Colmar (Collégiale)
Colmar, St-Matthieu
Ebersmunster (orgue A. Silbermann)
Ferrette (orgue Roethinger, 1926)
Fréjus (cathédrale, Var)
Grasse: ancienne cathédrale
Grenoble (église St-Louis, orgue Formentelli)
Hirsingue (Ht-Rhin, orgue Guerrier)
Lyon (Conservatoire Nation. Sup. de Musique)
Le Mans (cathédrale, orgue)
Marmoutier (orgue A. Silbermann)
Mirepoix, un orgue Link
Mulhouse (église cathol. St-Etienne)
Mulhouse (église réform. St-Jean)
Nancy cathédrale (Lorraine)
Nantes, la cathédrale, orgues
Narbonne (ancienne cathédrale, orgue)
Noyon (cathédrale, orgues)
Paris, la capitale de la France
Cathédrale Américaine de Paris
Cathédrale Notre-Dame de Paris
La Madeleine (orgue C.-Coll)
Le Louvre (oratoire: orgue Gonzalez)
N.-Dame-des-Blancs-Manteaux
N.-Dame-des-Victoires, orgue Kern
Photos: N.-D.-des-Victoires
Sacré-Coeur (Montmartre)
Saint-Augustin: orgues
St-Etienne-du-Mont: orgue, vitraux
St-Eustache et son grand orgue
St-Germain-des-Prés
St-Germain-l'Auxerrois (orgues)
Saint-Gervais (l'orgue des Couperin)
Saint-Louis des Invalides, orgue
Saint-Louis-en-l'Île, église
St-Nicolas-des-Champs: orgue Clicquot
St-Nicolas-du-Chardonnet
Saint-Pierre de Chaillot, orgue
Saint-Pierre de Montmartre
Saint-Roch: orgue historique
St-Séverin (orgue, vitraux)
St-Sulpice, Paris (orgue C.-Coll)
Sainte-Clotilde (orgue, vitraux)
Sainte-Trinité: orgue C.-Coll
Poitiers (cathédrale, orgue Clicquot)
Ribeauvillé (Alsace)
La Roche-sur-Foron (orgue, fact. italienne)
Roquebrune-sur-Argens, orgue
Roquevaire (Provence)
Rouffach (Alsace)
Saint-Maximin (orgue J. E. Isnard)
Saint-Omer (un grand Cavaillé-Coll)
Saint-Raphaël (N.-Dame-de-la-Victoire)
Saint-Sever (Landes)
Seppois-le-Haut (Ht-Rhin)
Strasbourg (cathédrale N.-Dame)
Strasbourg (St-Pierre-le-Jeune, réf.)
Strasbourg (St-Pierre-le-Vieux, cathol.)
Strasbourg (St-Thomas: Silbermann)
Tain l'Hermitage: N.-Dame Assomption
Thomières (orgue Micot)
Toulouse (cathédrale St-Etienne)
Toulouse (Musée des Augustins)
Hollande (Pays-Bas)
Italie
Liechtenstein
Luxembourg
Norvège
Pologne
République tchèque
Suède
Suisse
Orgues, Salles de Musique
Facteurs d’orgues
Facteurs de clavecins
Compositeurs (orgue)
Compositeurs (divers)
Clavecins
Orgues
Autres instruments
Musique (terminologie)
Architecture
Art du Vitrail
Interprètes (orgue)
Autres interprètes div.
Interprètes (tous instruments)
Horlogerie
Bibliographie
Liens
Dernières nouvelles, mises à jour récentes
N.-Dame-des-Victoires, orgue Kern


Notre-Dame-des-Victoires, 2ème arr. de Paris: orgue Kern

Une belle photo du grand orgue Kern (buffet classé) de N.-D.-des-Victoires à Paris. Cliché personnel (nov. 2012)



•   En novembre 2012, nous avons eu l'occasion de nous déplacer à Paris pour visiter plusieurs églises dotées d'orgues intéressants et connus. C'est ainsi que nous avons pu visiter la belle basilique de Notre-Dame-des-Victoires (dans le 2ème arrondissement).

•   Quelques notes générales sur cet édifice remarquable ( inspirées du site: http://www.paris.fr/accueil/culture/la-basilique-notre-dame-des-victoires/ ): " La construction de Notre-Dame-des-Victoires fut engagée en 1629 par le roi Louis XIII, pour célébrer ses victoires contre les Protestants, notamment lors du siège de La Rochelle. L’architecte Pierre Le Muet ne vit pas la fin du chantier, interrompu par les guerres. Libéral Bruant l’Aîné, concepteur de l’Hôtel des Invalides, puis Gabriel Le Duc poursuivirent les travaux mais l’église était toujours inachevée lors de sa bénédiction solennelle en 1666. Les travaux reprirent en 1737, avec le dessin d’un nouveau portail par Sylvain Cartaud et l’église fut finalement consacrée en 1740. A la Révolution, l'église, privée de ses religieux, devint le siège de la Loterie nationale puis Bourse des valeurs sous le Directoire. Elle fut rendue au culte en 1802, puis érigée en basilique par le pape Pie XI en 1927. L’édifice est aujourd’hui classé Monument historique en totalité depuis 1975. Malgré une interruption de soixante-dix ans, le rythme des travées et l’entablement continu donnent une unité remarquable à l’édifice. La façade présente deux ordres, ionique au rez-de-chaussée, corinthien à l’étage, couronné par un fronton triangulaire arborant - ce qui est rare, en raison du vandalisme révolutionnaire - les armes de France enveloppées de drapeaux et de palmes. De l’Ancien Régime subsistent l’orgue, la chaire et les stalles. Le choeur abrite aussi sept peintures commandées à Carle Van Loo, peintre du roi Louis XV et exécutées entre 1746 et 1755. L’une d’entre elles commémore l’origine de la construction : Le voeu de Louis XIII au siège de la Rochelle (1746). C’est dans cette église que fut notamment inhumé le grand compositeur de Louis XIV, Jean-Baptiste Lully (1632-1687), ainsi que sa famille. Le cénotaphe fut réalisé par Pierre Cotton et le buste par Jean Collignon en 1689. L’aménagement de l’église fut complété au XIXe siècle par le décor des chapelles et la plupart des vitraux. Le décor doit aujourd’hui l’essentiel de son caractère à la vigueur de la dévotion et des pèlerinages (très nombreux ex-voto) " .

•   Le culte à Sainte-Thérèse de Lisieux dans cette église: née à Alençon, Thérèse Martin (1873-1897) entra au Carmel en 1888 et y prit le nom de Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus de la Sainte Face. Elle y mena une vie discrète et mourut dans la solitude. Un an après sa mort, un livre fit le récit de sa vie, à partir de ses mémoires, et rencontra un très grand succès. Aujourd’hui, Sainte Thérèse est connue dans le monde entier, avec de très nombreux titres (Patronne universelle des missions, patronne secondaire de France, Docteur de l'Église, …). Elle fut canonisée à Saint Pierre de Rome, devant 500 000 personnes, le 17 mai 1925. L’existence d’un pèlerinage dans la basilique parisienne s’explique par une dévotion particulière que vouait Sainte Thérèse à Notre-Dame-des-Victoires, après une guérison miraculeuse durant sa jeunesse.

•   Autres notes glanées dans les très belles pages du site du Patrimoine ( cliquer ici ): " L'édifice est la chapelle de l'ancien couvent des Augustins. La construction commence en 1629 avec l'architecte Pierre Le Muet (1591-1669). Louis XIII (1601-1643) en pose la première pierre et dédie l'église à Notre-Dame-des-Victoires en raison de ses succès militaires, notamment lors du siège de la Rochelle (1628). Cent onze ans et quatre autres architectes seront nécessaires pour la terminer. C'est Jean-Sylvain Cartault [ou Cartaud] (1675-1758) qui achèvera le sanctuaire, enfin consacré en 1740. Le couvent possédait une bibliothèque de quarante-mille ouvrages. À la Révolution, il est fermé. L'église est occupée par les bureaux de la Loterie nationale, puis par la Bourse. Elle est rendue au culte en 1809. Les bâtiments conventuels, eux-mêmes, sont détruits en 1859. Pendant la Commune, l'église est à nouveau pillée et saccagée. À la suite d'une «locution intérieure» reçue par l'abbé Dufriche-Desgenettes en 1836, Notre-Dame-des-Victoires est consacrée au Coeur Immaculé de la Vierge. L'abbé crée une association dont un des buts premiers est la conversion des pécheurs. En 1838, l'association devient archiconfrérie patronnée par Notre-Dame-des-Sept-Douleurs, approuvée par le pape Grégoire XVI. En 1927, l'église est élevée au rang de basilique mineure par le pape Pie XI. Notre-Dame-des-Victoires est un haut lieu de dévotion. Fait unique à Paris, ses parois sont couvertes d'environ trente-sept mille ex-voto en remerciement à la Vierge. Enfin, l'église possède un choeur richement doté de sept tableaux de Carl Vanloo (1705-1765). Six d'entre eux sont consacrés à la vie de saint Augustin. En 1778, Mozart a prié dans cette église. La longueur totale de l'église est de 62 mètres pour une largeur de 24,50 mètres. La hauteur de la voûte est de 15 mètres. L'église est de style classique. On remarque la corniche à modillons et roses, et ses pilastres d'ordre ionique. S'y juxtapose un style rocaille fait de guirlandes, de coquilles et d'angelots ".

•   Les orgues: en tribune Ouest, on remarque immédiatement le très beau grand orgue de cette église. C'est un chef-d'oeuvre des facteurs Kern de Strasbourg (1973). En 1739, un maître menuisier du nom de Louis Régnier construisit le superbe buffet de cet orgue et aussi ce qui l'entoure (buffet grand orgue et positif, boiseries de la tribune galbée, porte d'entrée dans la nef). Cet ensemble très rare faisait dire à Cavaillé-Coll que ce buffet et cette tribune comptaient "parmi les plus beaux qui se puissent voir en France". François-Henri Lesclop construisit pour cette église, dans ce buffet, un grand orgue de tribune de 4 claviers et 32 jeux (c'était en 1739). François Roberday fut organiste dans cette église à cet orgue (il fut probablement l'un des professeurs de J.-B. Lully, inhumé dans cette église de N.-Dame-des-Victoires). En 1851, Cavaillé-Coll effectue un relevage de l'orgue, mais en 1870, le facteur Charles Spackmann-Barker reconstruit l'instrument en l'abaissant à 30 jeux et à 3 claviers (Cromorne devient Clarinette, pédalier à l'allemande, construction d'un instrument plutôt romantique en maintenant la transmission mécanique directe + la console en fenêtre). En 1898, le facteur J. Abbey supprime le Positif, construit une console séparée tournée vers l'autel, "pneumatise" l'orgue et démonte les jeux de Pédale pour les placer en éventail de part et d'autre du buffet: peut-être spectaculaire (nous en doutons !), mais notoirement écrasant pour la belle harmonie équilibrée originale (décalage sonore). Tout "cela" sera visible jusqu'en 1973, date à laquelle, l'immense facteur Alfred Kern de Strasbourg (qui avait déjà oeuvré magnifiquement à Saint-Séverin de Paris) reconstruit complètement l'orgue français de N.-Dame-des-Victoires. Dans l'état où se trouve l'instrument, Kern va produire là, plus librement, l'un de ses grands chefs-d'oeuvre en choisissant un grand orgue d'esthétique française classique avec toutefois un Récit assez fourni pour étoffer l'orgue selon les nécessités. Les jeux remontent au nombre de 49 et les 4 claviers sont rétablis. Le Récit reste expressif, alors que le 4ème clavier réunit l'indispensable Solo français superbe avec le Cornet et la Voix humaine. Le Positif est évidemment restitué. En 1995, des facteurs de la maison alsacienne Muhleisen. Selon certains ouvrages, cet orgue de N.-Dame-des-Victoires est l'un des plus beaux de Paris (avec St-Séverin, bien sûr, et sans compter les superbes C.-Coll de cette capitale). Cet orgue est absolument magnifique et impressionne avec son buffet et sa tribune finement ouvragés. L'orgue de choeur: cette église présente une caractéristique assez particulière dans Paris. L'orgue, comprend 19 jeux (16 réels) et est du facteur Gonzalez (1937). Il est à transmissions électriques. La caractéristique mentionnée juste ci-dessus: l'orgue de choeur parlant, situé à gauche, possède une réplique exacte muette, en face, à droite dans le choeur; cette disposition, que l'on pourrait apparenter aux orgues italiens, est vraiment intéressante, dans cette grande église qui rappelle effectivement, par la richesse de son décor, certains grands édifices italiens.


•   Composition du grand orgue Kern de N.-Dame-de-Victoires à Paris [selon le site du facteur Kern, Strasbourg]:

Grand-Orgue: Bourdon 16', Montre 8', Bourdon 8', Prestant 4', Doublette 2', Gros Nazard 5 1/3', Grosse Tierce 3 1/5', Cornet V rangs, Grosse Fourniture II rangs, Fourniture III, Cymbale IV rgs, Trompette 8', Clairon 4'.

Positif de dos: Bourdon 8', Montre 4', Flûte à cheminée 4', Nazard 2 2/3', Doublette 2', Tierce 1 3/5', Larigot 1 1/3', Cymbale III rgs, Cromorne 8'.

Récit expressif: Quintaton 16', Principal 8', Unda Maris 8', Bourdon 8', Prestant 4', Doublette 2', Sifflet 1', Cymbale IV rgs, Bombarde 16', Trompette 8', Clairon 4', Hautbois 8'.

Echo solo: Flûte à cheminée 8', Flûte à fuseau 4', Cornet III rgs, Voix humaine 8'.

Pédalier: Principal 16', Soubasse 16', Quinte 10 2/3', Flûte conique 8', Prestant 4', Nachthorn (Cor de nuit) 2', Fourniture IV rgs, Bombarde 16', Clairon 4', Chalumeau 4'.

Accessoires: accouplements = Pos./GO, Réc./GO, Pos./Réc. Tirasses: GO, Positif, Récit. Trois temblants = Positif, Récit, GO. Appel Grosse Fourniture et Bourdon 16'. Appel Mixtures GO. Appel Anches GO. Appel Anche de Pédale. Buffet classé Monument Historique (de 1739). Orgue de 1973. Claviers de 56 notes. Pédalier de 30 notes. 49 jeux.   


•   Composition de l'orgue de choeur Gonzalez [selon le site:  orgue.free.fr/ ]

Grand-Orgue: Bourdon 16', Bourdon 8', Montre 8', Flûte harmonique 8', Prestant 4', Sesquialtera II rangs.

Récit expressif: Diapason 8', Gambe 8', Cor de nuit 8', Voix céleste 8', Flûte octaviante 4', Octavin 2', Plein-Jeu IV rgs, Trompette 8', Basson-Hautbois 8', Clairon 4'.

Pédalier: Soubasse 16', Bourdon 8', Flûte 8'.

Accessoires: accouplement = Réc./GO en 16' et 8'. Tirasses: GO, Récit. Appel Mixture GO. Appel Anches Récit. Claviers de 56 notes. Pédalier de 32 notes. Transmissions électriques. Date = 1937.


•   Liens Internet utiles:  

    -  http://www.youtube.com/watch?v=im1mXL_Z2Eo (vidéo de cette église), 

    -  vue de l'église: cliquer ici ,

    -  http://www.notredamedesvictoires.com/ (site spécifique),

    -  http://www.landrucimetieres.fr/spip/spip.php?article241 (tombeau de Lully),

    -  http://www.patrimoine-histoire.fr/Patrimoine/Paris/Paris-zeNDVictoires_11.htm (les vitraux de la nef),

    -  lien intéressant pour l'orgue: http://www.notredamedesvictoires.com/orgues/ ,

    -  le vitrail du Voeu de Louis XIII: cliquer ici ,

    -  le grand orgue: cliquer ici ,

    -  photos: cliquer ici avec un texte en relation: cliquer ici ,

    -  http://www.kernpipeorgan.com/francais/paris.htm (l'orgue dans le site Kern),

    -  http://orgue.free.fr/a2o2.html (grand orgue) et http://orgue.free.fr/a2o2bis.html (orgue de choeur),

    -  http://www.notredamedesvictoires.com/lhistoire-2/ (rubrique historique),

    -  les très grands organiers dont les oeuvres ont survécu dans Paris: cliquer ici (Lesclop pour N.-D.-des-Victoires et St-Roch). 


•   Ci-dessus, en guise de vignette agrandissable de cette page, nous mettons un cliché personnel (nov. 2012) du grand orgue Kern de l'église N.-Dame-des-Victoires à Paris. Les autres clichés personnels figurent dans la rubrique "photos" attenante à cette page de texte.


Vue intérieure de la nef: ci-dessous, à droite

Vue intérieure, nef. Cliché personnel


Vue de la façade en réfection en nov. 2012: ci-dessous, à droite

Vue de la façade. Cliché personnel


Vue du choeur avec les tableaux de Vanloo et le vitrail axial de Lusson (1854): ci-dessous, à droite

Vue vers le choeur: tableaux de Vanloo et vitrail de 1854 (Lusson). Cliché personnel


Emplacement de cette église dans Paris: ci-dessous, à droite

Emplacement de N.-D.-des-Victoires dans Paris. Crédit: https://maps.google.ch/maps?hl=fr&ie=UTF-8&q=Notre+Dame+des+victoires

Informations :

•  Accueil: orgues et vitraux

•  Rafraîchir l'affichage: appuyer sur les touches ctrl et r 

•  Les photos personnelles de ce site sont la propriété intellectuelle exclusive de l'auteur (©) [mention: cliché personnel dans l'info-bulle de la photo]. Toute transgression du © sera traquée: veuillez indiquer honnêtement vos sources et prendre contact avec l'auteur... 


 
 
© 2007 Arcantel SA. Tous droits réservés - Un produit Internet Solutions by Arcantel
Retour Homepage