WebPME
Retour à la page d'accueil OK     Plan du site     Imprimer Imprimer    
  Vous êtes ici :  Accueil > Continents, pays, villes, lieux > France > Paris, la capitale de la France > St-Germain-l'Auxerrois (orgues)
Continents, pays, villes, lieux
Afrique du Sud
Allemagne
Angleterre (Great Britain)
Australie
Autriche
Belgique
Canada
Danemark
Etats-Unis d'Amérique
France
Alsace (région)
Bourgogne (région)
Franche-Comté (région)
Altkirch (église N.-Dame, orgue)
Angers (cathédrale, orgues)
Aups (Var: orgue italien)
Avignon (deux orgues à voir)
Barjols: orgue précieux de Provence
Bettlach (orgue Callinet magnifique)
Colmar (Collégiale)
Colmar, St-Matthieu
Ebersmunster (orgue A. Silbermann)
Ferrette (orgue Roethinger, 1926)
Fréjus (cathédrale, Var)
Grasse: ancienne cathédrale
Grenoble (église St-Louis, orgue Formentelli)
Hirsingue (Ht-Rhin, orgue Guerrier)
Lyon (Conservatoire Nation. Sup. de Musique)
Le Mans (cathédrale, orgue)
Marmoutier (orgue A. Silbermann)
Mirepoix, un orgue Link
Mulhouse (église cathol. St-Etienne)
Mulhouse (église réform. St-Jean)
Nancy cathédrale (Lorraine)
Nantes, la cathédrale, orgues
Narbonne (ancienne cathédrale, orgue)
Noyon (cathédrale, orgues)
Paris, la capitale de la France
Cathédrale Américaine de Paris
Cathédrale Notre-Dame de Paris
La Madeleine (orgue C.-Coll)
Le Louvre (oratoire: orgue Gonzalez)
N.-Dame-des-Blancs-Manteaux
N.-Dame-des-Victoires, orgue Kern
Sacré-Coeur (Montmartre)
Saint-Augustin: orgues
St-Etienne-du-Mont: orgue, vitraux
St-Eustache et son grand orgue
St-Germain-des-Prés
St-Germain-l'Auxerrois (orgues)
Photos (St-Germain-l'Auxerrois)
Saint-Gervais (l'orgue des Couperin)
Saint-Louis des Invalides, orgue
Saint-Louis-en-l'Île, église
St-Nicolas-des-Champs: orgue Clicquot
St-Nicolas-du-Chardonnet
Saint-Pierre de Chaillot, orgue
Saint-Pierre de Montmartre
Saint-Roch: orgue historique
St-Séverin (orgue, vitraux)
St-Sulpice, Paris (orgue C.-Coll)
Sainte-Clotilde (orgue, vitraux)
Sainte-Trinité: orgue C.-Coll
Poitiers (cathédrale, orgue Clicquot)
Ribeauvillé (Alsace)
La Roche-sur-Foron (orgue, fact. italienne)
Roquebrune-sur-Argens, orgue
Roquevaire (Provence)
Rouffach (Alsace)
Saint-Maximin (orgue J. E. Isnard)
Saint-Omer (un grand Cavaillé-Coll)
Saint-Raphaël (N.-Dame-de-la-Victoire)
Saint-Sever (Landes)
Seppois-le-Haut (Ht-Rhin)
Strasbourg (cathédrale N.-Dame)
Strasbourg (St-Pierre-le-Jeune, réf.)
Strasbourg (St-Pierre-le-Vieux, cathol.)
Strasbourg (St-Thomas: Silbermann)
Tain l'Hermitage: N.-Dame Assomption
Thomières (orgue Micot)
Toulouse (cathédrale St-Etienne)
Toulouse (Musée des Augustins)
Hollande (Pays-Bas)
Italie
Liechtenstein
Luxembourg
Norvège
Pologne
République tchèque
Suède
Suisse
Orgues, Salles de Musique
Facteurs d’orgues
Facteurs de clavecins
Compositeurs (orgue)
Compositeurs (divers)
Clavecins
Orgues
Autres instruments
Musique (terminologie)
Architecture
Art du Vitrail
Interprètes (orgue)
Autres interprètes div.
Interprètes (tous instruments)
Horlogerie
Bibliographie
Liens
Dernières nouvelles, mises à jour récentes
St-Germain-l'Auxerrois (orgues)


Les orgues de Saint-Germain-l'Auxerrois à Paris

Grand Orgue de St-Germain-l'Auxerrois. Cliché personnel (nov. 2009)





•  Lors d'un déplacement à Paris (novembre 2009), nous avons pu faire nos photos personnelles de l'église de St-Germain-l'Auxerrois.

•  Nous nous intéressons donc à cette église de Paris, située 2, Place du Louvre. Lors du déplacement de la Cour des Valois de l'Ile de la Cité au Louvre, cette église de Saint-Germain-l'Auxerrois devint, naturellement, si proche du Louvre, l'église paroissiale des Rois de France. C'est l'un des sanctuaires les plus vénérables de Paris, car fondé au 7ème siècle, reconstruit sous Robert-le-Pieux, puis agrandi aux 12ème et 13ème siècles. Cette église, terminée vers 1580, fut parachevée au 17ème siècle avant de tomber en désuétude au 18ème siècle. Elle fut pillée sous la Révolution, fermée en 1793, transformée en magasin de fourrage ensuite, saccagée et même menacée, sous Napoléon 1er, de destruction. Sa restauration fut commencée sous Napoléon III et enfin une grande restauration finale eut lieu au 20ème siècle pour la rendre définitivement au culte. Une cloche de cette église fut celle qui sonna le déclenchement des massacres de la Saint-Barthélemy dans la nuit du 24 août 1572 (massacres des Huguenots). Nous nous intéresserons particulièrement aux orgues de cette église, qui comme pratiquement toutes les orgues de Paris, passèrent à travers bien des vicissitudes techniques et esthétiques.

•  Malgré les mutilations du 18ème siècle, l'église Saint-Germain-l'Auxerrois reste très belle avec ses volumes et ses voûtes gothiques du 13ème siècle. Intérieurement, elle mesure 79 m de long. Le choeur polygonal à 7 pans est muni d'un double déambulatoire. Il compte 4 travées. Les 2 déambulatoires sont en styles des 13 et 14èmes siècles. Les voûtes sont flamboyantes. Le transept date du 15ème s. Seul ce transept a su conserver quelques fragments de vitraux. La nef est également du 15ème s.

•  Eléments artistiques contenus dans St-Germain-l'Auxerrois: on remarque une chaire datant de 1635 et un magnifique banc d'oeuvre réalisé entre 1682-84. Au revers de la façade, l'orgue montre un buffet provenant, à l'origine, de la Sainte-Chapelle. La grille clôturant le choeur est une oeuvre du serrurier du Roi, Pierre Dumiez (1767). Les restes des vitraux du 16ème siècle sont regroupés dans les bras du transept, notamment au niveau des roses. La rose de la façade offre une représentation de la Pentecôte (1532). Des statues provenant du portail et du porche sont regroupées dans la chapelle de la Vierge (13 et 16èmes siècles). On remarque également 2 retables du 16ème siècle: l'un est en bois sculpté avec des volets peints (épisodes de la vie de la Vierge); l'autre est consacré au thème de la Passion (réalisé à Anvers). Des peintures murales sont visibles dans le transept et dans certaines chapelles (elles datent du milieu du 19ème siècle). Les verrières du choeur et des chapelles datent du 19ème siècle (des ateliers Maréchal de Metz, notamment, mais aussi de Vigné, Thévenot et Lusson). La baie centrale de la chapelle axiale du déambulatoire est composée de scènes de la Passion, copiées à partir de vitraux de la Sainte-Chapelle (réalisation en 1838).

  Les orgues: il existe un Grand Orgue et un Orgue de Choeur:

Ce dernier (l'orgue de choeur) fut construit par le facteur J. Abbey en 1838, revu par Merklin en 1900, par Hermann en 1961 et enfin par Dargassies en 1995. Cet orgue compte 2 claviers et un pédalier, 12 jeux, 16 rangs, une traction mécanique des claviers, une traction pneumatique du Pédalier et une traction mécanique des jeux. Sa composition est simple: clavier 1 = Grand-Orgue basé sur une Montre de 8', Bourdon 8', Prestant 4', Doublette 2', Plein-Jeu V, Trompette 8'. Clavier 2 = Récit expressif basé sur une Flûte harmonique de 8', Flûte octaviante 4', Nasard 2 2/3', Octavin 2', Tierce 1 3/5' et Tremblant. Pédale = Soubasse de 16'. Il y a 3 possibilités d'accouplement: Grand Orgue sur Pédale, Récit sur Pédale et Récit sur Grand Orgue. Le pédalier a une étendue de 27 marches et les claviers comptent 54 touches.

  Le Grand Orgue: il ne reste plus trace de ce qu'ont été les grandes orgues de cette Paroisse royale, avant la Révolution. On sait seulement que Louis-Claude Daquin en fut l'organiste vers 1738. L'actuel instrument vient, à l'origine, de la Sainte-Chapelle du Palais lorsque la Constitution Civile du Clergé supprima les chanoines et les chapelains qui la desservaient. Le grand orgue de cette Chapelle fut transporté et assez rapidement reconstruit, en 1791, sur la tribune au-dessus de la grande porte d'entrée de l'église Saint-Germain-l'Auxerrois. On se pose cependant quelques interrogations, en voyant les dimensions de ce buffet néo-classique, quant à son intégration antérieure dans la volumétrie de la Sainte-Chapelle. En 1795, la Commission des Orgues déclare l'instrument en bon état de marche à l'exception de la soufflerie qui réclame des soins. Cet orgue prenait la place d'un antique instrument de la seconde moitié du 15ème s. Il fut plusieurs fois remanié au 17ème s. et finalement on en a perdu toute trace. Le buffet qui accueillit l'orgue de la Sainte-Chapelle avait été dessiné par Pierre-Noël Rousset et réalisé par Lavergne en 1756-57. L'orgue était un instrument de 8' avec un Bourdon de 16' à 4 claviers et pédalier construit par François-Henri Clicquot et il avait été inauguré en 1771 par Louis-Claude Daquin. L'instrument était donc extrêmement précieux à nos yeux actuels ! Malheureusement, une importante réfection fut décidée en 1838 et confiée à Paul Dallery. Ce chantier fut surveillé par notamment l'organiste A.-Pierre-François Boëly. L'orgue de 36 jeux reçut un pédalier à l'allemande et une soufflerie neuve. En même temps on commandait l'orgue de choeur à J. Abbey (voir ci-dessus). En août 1840, l'orgue de Dallery fut inauguré par Boëly, nommé organiste dans cette église. De 1847 à 50, Boëly fit restaurer l'orgue par Ducroquet qui réduisit le nombre de claviers à 3 et ajouta un Récit expressif neuf. Il changea aussi une Tierce au positif par un Salicional de 4'. La réception de l'orgue transformé eut lieu en nov. 1850.

Malheureusement, il ne reste presque plus rien des orgues et jeux du temps de Boëly. En effet, en 1864, le facteur Merklin remania complètement cet orgue (35 jeux, 3 claviers et pédalier). Cet orgue transformé et mis au goût de l'époque fut inauguré en nov. 1864. On sait depuis qu'un relevage eut encore lieu en 1900 par le facteur Gutschenritter. Des travaux eurent lieu en 1970-80 (facteur Adrien Maciet) pour restituer au mieux les deux Trompettes de Clicquot (une des Trompettes ayant été transformée en Bombarde). En 1995, le grand orgue devient muet. Il est remis en vent en 2005 (travaux du facteur Michel Goussu). En 2008, la Ville de Paris confia au facteur Laurent Plet un relevage a minima en respectant le matériel historique existant: mise en état correct du vent, accord et harmonisation. Les grandes anches du 18ème siècle, lesquelles avaients été décalées d'un ton, ont retrouvé leur emplacement d'origine. Les fonds restent, par contre, marqués par le romantisme de l'intervention de Merklin. Ces travaux permirent aussi de remettre en évidende le Récit du facteur Ducroquet, Récit devenu peu audible avec le temps. Ce grand instrument, classé en 1961, fait actuellement l'objet d'une étude menée, notamment, par le spécialiste Christian Lutz, en perspective d'une restauration complète.


•  Composition du Grand Orgue de St-Germain-l'Auxerrois (selon le site  //dupontjb.free.fr/French/Orgue/ et autres sites):

Clavier 1 (Grand-Orgue): Bourdon 16', Montre 8', Bourdon 8', Principal 8', Flûte harmonique 8', Prestant 4', Plein-Jeu IV, Cornet V, Première Trompette 8', Deuxième Trompette 8', Clairon 4'.

Clavier 2 (Positif): Bourdon 8', Montre 8', Prestant 4', Nasard 2 2/3', Doublette 2', Tierce 1 3/5', Fourniture III, Cymbale II, Trompette 8', Cromorne 8', Clairon 4'. 

Clavier 3 (Récit expressif): Bourdon 8', Gambe 8', Voix céleste 8', Hautbois 8', Voix humaine 8', Tremolo. 

Pédale: Flûte 16', Flûte 8', Violoncelle 8', Bombarde 16', Trompette 8'.

Accouplements: Pos./GO, Réc./GO, Pos./P, GO/P. Machine Barker au GO. Tremblant. Claviers de 54 notes. Pédalier de 27 notes.


•  [Note sur Alexandre-Pierre-François Boëly: il vécut de 1785-1858. Il fut nommé organiste de Saint-Germain-l'Auxerrois. Il avait été l'élève de l'Autrichien Ladurner qui l'initia à la musique de Bach, Hayn et Beethoven. Il officia à Saint-Germain de 1840 à 1851, date à laquelle on le congédia en raison de l' "austérité" de la musique qu'il jouait à l'orgue: Bach, Frescobaldi, Couperin, Kirnberger et les maîtres français. Or, à cette époque, les transcriptions pour orgue des grands Opéras-Comiques faisaient fureur. Il introduisit en France le pédalier d'orgue à l' "allemande". Ses rares auditeurs - Gigout, Franck, Saint-Saëns - étaient émerveillés de ses interprétations d'oeuvres ressuscitées de Bach et par le contrepoint rigoureux avec lequel il traitait les thèmes de plain-chant. Il finit humblement ses jours comme professeur de piano].

     •  http://fr.wikipedia.org/wiki/Alexandre_Pierre_Fran%E7ois_Bo%EBly (page sur Boëly, 1785-1858). 


•  Différents liens Internet à ouvrir:

http://www.saintgermainauxerrois.cef.fr/ (site de la Paroisse),

http://fr.structurae.de/structures/data/index.cfm?ID=s0010769 (autre lien, ©), 

-  page sur St-Germain-l'Auxerrois: cliquer ici

http://architecture.relig.free.fr/auxerrois.htm (rubrique architecturale),

http://www.musiqueorguequebec.ca/orgues/france/sgermainap.html (texte sur l'édifice et les orgues),

http://www.musiqueorguequebec.ca/orgues/france/sgermainap1.html (photos de l'édifice, des orgues),

-  autres photos de St-Germain-l'Auxerrois: cliquer ici ,

http://orgue.free.fr/a1o3.html (autre page sur ces orgues),

http://orgue.online.fr/a1o3bis.html (page sur l'orgue de choeur),

http://pagesperso-orange.fr/als-orgue/selestat/2.htm (page sur Joseph Merklin).



•  Ci-dessus, en guise de vignette agrandissable de cette page, nos mettons un cliché personnel des Grandes Orgues de St-Germain-l'Auxerrois à Paris (novembre 2009). Cliquer sur l'image pour l'agrandir. Les autres clichés personnels figurent dans la rubrique " photos " attenante à cette page de texte. 


Vue de l'église St-Germain-l'Auxerrois: ci-dessous, à droite

Vue de St-Germain-l'Auxerrois à Paris. Cliché personnel (nov. 2009)


Autre vue de St-Germain-l'Auxerrois: ci-dessous, à droite

Autre vue de St-Germain-l'Auxerrois. Cliché personnel (nov. 2009)

Informations :

•  Accueil: orgues et vitraux

•  Rafraîchir l'affichage: appuyer sur les touches ctrl et r 

•  Les photos personnelles de ce site sont la propriété intellectuelle exclusive de l'auteur (©) [mention: cliché personnel dans l'info-bulle de la photo]. Toute transgression du © sera traquée: veuillez indiquer honnêtement vos sources et prendre contact avec l'auteur... 


 
 
© 2007 Arcantel SA. Tous droits réservés - Un produit Internet Solutions by Arcantel
Retour Homepage