WebPME
Retour à la page d'accueil OK     Plan du site     Imprimer Imprimer    
  Vous êtes ici :  Accueil > Continents, pays, villes, lieux > France > Mulhouse (église cathol. St-Etienne)
Continents, pays, villes, lieux
Afrique du Sud
Allemagne
Angleterre (Great Britain)
Australie
Autriche
Belgique
Canada
Danemark
Etats-Unis d'Amérique
France
Alsace (région)
Bourgogne (région)
Franche-Comté (région)
Altkirch (église N.-Dame, orgue)
Angers (cathédrale, orgues)
Aups (Var: orgue italien)
Avignon (deux orgues à voir)
Barjols: orgue précieux de Provence
Bettlach (orgue Callinet magnifique)
Colmar (Collégiale)
Colmar, St-Matthieu
Ebersmunster (orgue A. Silbermann)
Ferrette (orgue Roethinger, 1926)
Fréjus (cathédrale, Var)
Grasse: ancienne cathédrale
Grenoble (église St-Louis, orgue Formentelli)
Hirsingue (Ht-Rhin, orgue Guerrier)
Lyon (Conservatoire Nation. Sup. de Musique)
Le Mans (cathédrale, orgue)
Marmoutier (orgue A. Silbermann)
Mirepoix, un orgue Link
Mulhouse (église cathol. St-Etienne)
Photos (égl. cathol. St-Etienne)
Photos vitraux (égl. cathol. St-Etienne)
Mulhouse (église réform. St-Jean)
Nancy cathédrale (Lorraine)
Nantes, la cathédrale, orgues
Narbonne (ancienne cathédrale, orgue)
Noyon (cathédrale, orgues)
Paris, la capitale de la France
Poitiers (cathédrale, orgue Clicquot)
Ribeauvillé (Alsace)
La Roche-sur-Foron (orgue, fact. italienne)
Roquebrune-sur-Argens, orgue
Roquevaire (Provence)
Rouffach (Alsace)
Saint-Maximin (orgue J. E. Isnard)
Saint-Omer (un grand Cavaillé-Coll)
Saint-Raphaël (N.-Dame-de-la-Victoire)
Saint-Sever (Landes)
Seppois-le-Haut (Ht-Rhin)
Strasbourg (cathédrale N.-Dame)
Strasbourg (St-Pierre-le-Jeune, réf.)
Strasbourg (St-Pierre-le-Vieux, cathol.)
Strasbourg (St-Thomas: Silbermann)
Tain l'Hermitage: N.-Dame Assomption
Thomières (orgue Micot)
Toulouse (cathédrale St-Etienne)
Toulouse (Musée des Augustins)
Hollande (Pays-Bas)
Italie
Liechtenstein
Luxembourg
Norvège
Pologne
République tchèque
Suède
Suisse
Orgues, Salles de Musique
Facteurs d’orgues
Facteurs de clavecins
Compositeurs (orgue)
Compositeurs (divers)
Clavecins
Orgues
Autres instruments
Musique (terminologie)
Architecture
Art du Vitrail
Interprètes (orgue)
Autres interprètes div.
Interprètes (tous instruments)
Horlogerie
Bibliographie
Liens
Dernières nouvelles, mises à jour récentes
Mulhouse (église cathol. St-Etienne)


Mulhouse, l'église catholique St-Etienne: un orgue Cavaillé-Coll, et des vitraux

Orgue Cavaillé-Coll de l'église catholique St-Etienne à Mulhouse. Cliché personnel (juin 2008)





•  Le jour de notre passage à Mulhouse, fin juin 2008, nous avons pu photographier à satiété l'orgue Silbermann-Kern (1972) de l'église réformée St-Jean.

Nous avons également brièvement visité l'église réformée St-Etienne où a été construit un vaste orgue Walcker. Lors de notre passage, cet orgue était démonté pour restauration et nous repasserons lorsque l'instrument sera à nouveau visible (on pourra alors faire également des clichés des fort beaux vitraux de ce Temple St-Etienne. Certains de ces vitraux datent même du 14ème siècle). Voici 3 liens pour ce Temple St-Etienne

     -  cliquer ici , cliquer ici et encore ici [site débranché définitivement en août 2017]; http://www.walcker.com/ = site Walcker. Voici des vues de cet orgue, déjà démonté, pour permettre la restauration de cette église: voir ici.


•  Nous avons alors visité l'église catholique Saint-Etienne où nous savions qu'un orgue Cavaillé-Coll se trouvait. Cette église catholique a des dimensions assez remarquables, dignes d'une vraie cathédrale. Elle a été construite, en style néogothique très pur, de 1855 à 1860, par l'architecte Jean-Baptiste Schacre. Intérieurement, cette vaste église est parfaite et frappe par l'élancement de ses voûtes. Elle recèle de beaux vitraux dont une grande partie sont de la fin du 19ème siècle. D'autres vitraux, plus récents, sont placés dans les bas-côtés. Les vitraux du déambulatoire, notamment, sont très caractéristiques de la période néogothique et particulièrement réussis. Lien pour l'architecte: cliquer ici .


•  Les orgues: une fois de plus, c'est l'excellent site Internet sur les Orgues en Alsace (site débranché définitivement en août 2017) qui nous apportent les principaux détails du Cavaillé-Coll (1860) de cette église catholique St-Etienne. Nous en apportons si-dessous les données essentielles:

" En 1860, l'église catholique St-Etienne de Mulhouse est pratiquement achevée. A cette époque, on rêvait des orgues "à la mode" en cette fin de 19ème siècle: les orgues Walcker (Allemagne) et aussi les orgues Cavaillé-Coll (Paris). Le projet d'un orgue de style parisien pour St-Etienne de Mulhouse "vit le jour" en 1859. Cet instrument (1860), dont la composition d'origine est donnée dans la référence suivante, (site détruit en août 2017) comportait un Positif intérieur, un Grand-Orgue et un Récit expressif + un Pédalier de 27 notes (les claviers comportaient tous 54 notes). A noter que, bien qu'étant romantique de conception, ce Cavaillé-Coll comportait un clavier de Positif (intérieur) en No 1 (position de 1er clavier occupée normalement par le clavier d'un Positif extérieur dorsal !). L'orgue est posé en 1860. L'inauguration eut lieu en octobre 1860. Toutefois, le Positif intérieur manqua pendant quelque temps encore, après l'inauguration. En 1862, on parle d'achever cet instrument en construisant vraiment le Positif intérieur. La composition définitive du Positif intérieur est acceptée et l'orgue achevé fin 1862 (expertise en janvier 1863). Le site Internet mentionné ci-dessus donne également cette composition définitive du Cavaillé-Coll en 1863. (lien détruit lors de l'inactivation du site Eisenberg en août 2017) Le Positif est toujours au premier clavier, il n'est pas expressif et il est toujours dans le grand buffet (Positif à l'intérieur). L'orgue sera pris en charge, ensuite, par des facteurs régionaux, notamment Emile Wetzel, Martin Rinckenbach. Ce dernier ajoute des jeux et fait pivoter le Récit de 90° ! En 1917, les Allemands réquisitionnent les tuyaux de façade en étain pour les efforts de guerre. En 1928, la maison Convers (la succession de Cavaillé-Coll) remet en place une nouvelle façade et restaure l'orgue. Il est à nouveau inauguré en mars 1928 (Marcel Dupré). En 1963, Max Roethinger entame des travaux sur cet orgue et ajoute, notamment, un Positif de dos (cette fois, c'est un Positif dorsal qui parlera au premier clavier, le Positif intérieur devenant expressif et parlant alors au 3ème clavier !). Les jeux de ce Positif de dos ne sont donc pas de Cavaillé-Coll, mais bien de Roethinger ! De plus, ce Positif dorsal est construit sans buffet, alors que le Cavaillé-Coll, en arrière, est dans son buffet. Cette différence se remarque bien sur nos clichés ! C'est le facteur alsacien Danier Kern qui effectuera la restauration en 1985 et en 2005. A noter que Roethinger replaça le Récit dans sa position d'origine, mais il enleva la console Cavaillé-Coll pour en mettre une de 4 claviers. Ce grand instrument Cavaillé-Coll eut donc à subir bien des vicissitudes. Cela se remarque bien si l'on compare la composition des jeux en 2005 avec celle de 1862 ! " .

  Remarque: positionnement du clavier dit de "Positif". Le Positif est en fait une sorte de "petit orgue" qui fait un peu office d'écho au Grand-Orgue. Dans les instruments classiques du 18ème siècle, notamment en Alsace (Silbermann) et en Allemagne, ce "petit orgue" est placé en balustrade dans le dos de l'organiste, la console étant alors insérée entre le grand buffet et le petit buffet du Positif. Dans la disposition dite classique (notamment au 18ème s.), le premier clavier (celui du bas) est précisément celui du Positif, le deuxième clavier est celui du Grand-Orgue (dans le grand buffet), le troisième clavier (celui du haut) pouvant être un clavier de Récit, d'Echo (parfois). Dans beaucoup d'orgues du 18ème siècle, le troisième clavier fait souvent parler des jeux solistes comme le Cornet et des jeux d'anche [détruit avec le site Eisenberg] (parfois une Trompette) [jeu d'anche à l'orgue: voir ici en remplacement]. Comme son nom l'indique, le clavier de Récit fait entendre des jeux qui "récitent" ou "déclament", parfois avec vigueur, un thème à mettre en évidence, par exemple. Avec l'apparition de l'orgue romantique, vers le milieu du 19ème siècle, le Positif disparaît, ou, s'il est maintenu, il est incorporé à l'intérieur du grand buffet. Il devient pratiquement toujours "expressif", c'est-à-dire que les tuyaux sont placés dans une boîte ou chambre dont l'intensité sonore est commandée par une pédale à la console laquelle actionne des jalousies qui ouvrent plus ou moins la "boîte" (effet d'intensité sonore variable possible). Le Récit romantique est complètement différent du Récit classique du 18ème siècle. Le Récit romantique reçoit des jeux pouvant créer des effets spéciaux ou pouvant imiter des instruments de l'orchestre symphonique (Viole, Gambe, Clarinette, Hautbois...). De plus au niveau du positionnement des claviers, à l'époque romantique (celle de Cavaillé-Coll notamment), le premier clavier devient le clavier de Grand-Orgue, le deuxième clavier devient le clavier du Positif placé cette fois dans le grand buffet et non plus en balustrade, le troisième clavier étant pratiquement toujours celui du Récit expressif. On voit donc que pour l'orgue de l'église catholique St-Etienne de Mulhouse, Cavaillé-Coll a fait en quelque sorte une exception à la "règle" romantique, en maintenant le clavier de Positif en première position. On peut rêver et penser qu'il a voulu, par ce positionnement du clavier de Positif, ne pas trop "perturber" les organistes alsaciens habitués à jouer "leurs" Positifs (de dos) au premier clavier des orgues de la région (?)... Evidemment, les interventions des facteurs successifs, notamment Roethinger, ont transformé tout cela. C'est en étudiant cette évolution que l'on peut parler des vicissitudes ayant perturbé l'existence de ce C.-Coll de Mulhouse ! [Lien à propos de cette église et de cet orgue C.-Coll avec composition des jeux: voir ici].

     -  A propos des facteurs Convers: orgue de la cathédrale de Cambrai, Nord de la France, construit par Auguste Convers (vie: 1884-1976). Voir le lien suivant .


•  Composition de l'orgue Cavaillé-Coll de l'église catholique St-Etienne à Mulhouse (2005):

Positif de dos (de Roethinger, 56 notes): Bourdon 8', Prestant 4', Flûte à cheminée 4', Doublette 2', Larigot 1 1/3', Cymbale 4r 2/3', Cromorne 8'.

Grand-Orgue (56 notes): Montre 16', Bourdon 16', Montre 8', Bourdon 8', Flûte harmonique 8', Gambe 8', Prestant 4', Flûte octaviante 4', Quinte 2 2/3', Doublette 2', Fourniture 5r 2 2/3', Bombarde 16', Trompette 8', Clairon 4'.

Positif expressif intérieur (56 notes): Quintaton 16', Principal 8', Flûte harmonique 8', Quintaton 8', Octave 4', Flûte douce 4', Quinte 2 2/3', Tierce 1 3/5', Piccolo 1', Cornet 5r (Dessus), Basson 8', Cromorne 8'.

Récit expressif (56 notes): Flûte traversière 8', Viole de Gambe 8', Voix céleste 8', Flûte octaviante 4', Octavin 2', Trompette 8', Basson/Hautbois 8', Voix humaine 8', Trémolo.

Pédalier (30 notes): Contrebasse 16', Soubasse 16', Basse 8', Gemshorn (Cor de chamois) 8', Octave 4', Cor de nuit 2', Mixture 4r 2 2/3', Bombarde 16', Trompette 8', Clairon 4', Chalumeau 4'.

Accouplements: I/II, III/II, IV/II, I/P, II/P, III/P, IV/P. Traction mécanique. Machines Barker au Positif intérieur (d'origine) et au Grand-Orgue (en 1963). Tirage des jeux électrique. Console de 1963. Pour tous les fins détails techniques et historiques, se référer ici .


•  Ci-dessus, en guise de vignette agrandissable de cette page, nous mettons un cliché personnel (fin juin 2008) de l'orgue Cavaillé-Coll de l'église catholique St-Etienne de Mulhouse. Cliquer sur l'image pour l'agrandir. Les autres clichés figurent dans deux rubriques "photos" attenantes à cette page de texte: rubrique 1 et rubrique 2.


Vue partielle de l'église cathol. St-Etienne, Mulhouse: ci-dessous, à droite

Vue de l'église. Cliché personnel (juin 2008)


Une autre vue de l'orgue C.-Coll: ci-dessous, à droite

Autre vue de l'orgue. Cliché personnel (juin 2008)

Informations :

•  Accueil: orgues et vitraux

•  Rafraîchir l'affichage: appuyer sur les touches ctrl et r 

•  Les photos personnelles de ce site sont la propriété intellectuelle exclusive de l'auteur (©) [mention: cliché personnel dans l'info-bulle de la photo]. Toute transgression du © sera traquée: veuillez indiquer honnêtement vos sources et prendre contact avec l'auteur... 


 
 
© 2007 Arcantel SA. Tous droits réservés - Un produit Internet Solutions by Arcantel
Retour Homepage