WebPME
Retour à la page d'accueil OK     Plan du site     Imprimer Imprimer    
  Vous êtes ici :  Accueil > Continents, pays, villes, lieux > France > Alsace (région) > Sélestat (St-Georges, orgue)
Continents, pays, villes, lieux
Afrique du Sud
Allemagne
Angleterre (Great Britain)
Australie
Autriche
Belgique
Canada
Danemark
Etats-Unis d'Amérique
France
Alsace (région)
Blodelsheim (orgue Silbermann)
Eguisheim (orgue Callinet/Kern)
Ensisheim (orgue Rinckenbach)
Guebwiller (orgue C. Mutin)
Molsheim (orgue Silbermann/Kern)
Obernai (égl. Sts-Pierre-et-Paul)
Ribeauvillé (orgue historique)
Sélestat (Ste-Foy, orgues)
Sélestat (St-Georges, orgue)
Photos (St-Georges, orgues)
Photos (St-Georges: vitraux)
Strasbourg (St-Pierre-le-J., catho.)
Thann (collég. St-Thiébaut)
Turckheim (orgue)
Wasselonne (égl. St-Jean Bosco)
Bourgogne (région)
Franche-Comté (région)
Altkirch (église N.-Dame, orgue)
Angers (cathédrale, orgues)
Aups (Var: orgue italien)
Avignon (deux orgues à voir)
Barjols: orgue précieux de Provence
Bettlach (orgue Callinet magnifique)
Colmar (Collégiale)
Colmar, St-Matthieu
Ebersmunster (orgue A. Silbermann)
Ferrette (orgue Roethinger, 1926)
Fréjus (cathédrale, Var)
Grasse: ancienne cathédrale
Grenoble (église St-Louis, orgue Formentelli)
Hirsingue (Ht-Rhin, orgue Guerrier)
Lyon (Conservatoire Nation. Sup. de Musique)
Le Mans (cathédrale, orgue)
Marmoutier (orgue A. Silbermann)
Mirepoix, un orgue Link
Mulhouse (église cathol. St-Etienne)
Mulhouse (église réform. St-Jean)
Nancy cathédrale (Lorraine)
Nantes, la cathédrale, orgues
Narbonne (ancienne cathédrale, orgue)
Noyon (cathédrale, orgues)
Paris, la capitale de la France
Poitiers (cathédrale, orgue Clicquot)
Ribeauvillé (Alsace)
La Roche-sur-Foron (orgue, fact. italienne)
Roquebrune-sur-Argens, orgue
Roquevaire (Provence)
Rouffach (Alsace)
Saint-Maximin (orgue J. E. Isnard)
Saint-Omer (un grand Cavaillé-Coll)
Saint-Raphaël (N.-Dame-de-la-Victoire)
Saint-Sever (Landes)
Seppois-le-Haut (Ht-Rhin)
Strasbourg (cathédrale N.-Dame)
Strasbourg (St-Pierre-le-Jeune, réf.)
Strasbourg (St-Pierre-le-Vieux, cathol.)
Strasbourg (St-Thomas: Silbermann)
Tain l'Hermitage: N.-Dame Assomption
Thomières (orgue Micot)
Toulouse (cathédrale St-Etienne)
Toulouse (Musée des Augustins)
Hollande (Pays-Bas)
Italie
Liechtenstein
Luxembourg
Norvège
Pologne
République tchèque
Suède
Suisse
Orgues, Salles de Musique
Facteurs d’orgues
Facteurs de clavecins
Compositeurs (orgue)
Compositeurs (divers)
Clavecins
Orgues
Autres instruments
Musique (terminologie)
Architecture
Art du Vitrail
Interprètes (orgue)
Autres interprètes div.
Interprètes (tous instruments)
Horlogerie
Bibliographie
Liens
Dernières nouvelles, mises à jour récentes
Sélestat (St-Georges, orgue)


Sélestat, église St-Georges: orgue Rinckenbach, 1896. Vitraux de valeur

Vue de l'orgue Rinckenbach (1896) de l'église St-Georges à Sélestat. Cliché personnel (août 2009)





•  Lors de notre passage en Alsace, en août 2009, nous avons visité l' église St-Georges de Sélestat ( Bas-Rhin ). Cet édifice, particulièrement riche en témoins de l'art alsacien, mérite que l'on s'y attarde un peu.

•  Un peu d'histoire: la première trace écrite de la ville remonte au 8ème s. Une première expansion a lieu au 11ème s. Une église est fondée ainsi qu'un prieuré occupé, dès 1094, par des moines venus de Conques (dans l'Aveyron), vénérant Ste-Foy. Frédéric II de Hohenstaufen accorde le statut de ville libre à Sélestat (en 1217). Le pouvoir passe progressivement aux bourgeois. A quelques dizaines de mètres de l'église St-Foy (romane), on construit l'église St-Georges, de 1220 à 1500, en style gothique, puis flamboyant. Sélestat devient membre de la Décapole (alliance de 10 villes alsaciennes importantes) en 1354 jusqu'en 1679. L'époque Renaissance est une époque glorieuse et riche pour Sélestat. La Guerre de Trente Ans affaiblit la ville et les Suédois la prennent en 1632. Les Français occupent la ville en 1634 et Louis XIV annexe Sélestat (et la Décapole), lors de la Paix de Nimègue en 1678. Lors de la guerre franco-prussienne de 1870, Sélestat est assiégée puis reprise par les Allemands. Sélestat est à nouveau annexée à la France en 1918, en novembre. La ville est occupée par les Allemands en 1940. Elle sera libérée définitivement en février 1945. Après la guerre, la ville est reconstruite et ses différents maires vont impulser un grand essor culturel à Sélestat.

•  Histoire de l'église St-Georges: elle fut édifiée à partir de 1220, sur des fondements d'un ancien édifice roman (les vestiges d'une église primitive en forme de rotonde furent décelés lors de fouilles effectuées dans la crypte en 1876 et en 1902). La construction de St-Georges se poursuit régulièrement du 13ème siècle au 15ème siècle. La nef et ses collatéraux remontent au 14ème siècle. En Ouest, la nef est prolongée par une sorte de transept occidental, formant un grand narthex allongé (vers 1350). Les travaux sont repris vers 1400 et ce sera la construction du nouveau choeur gothique flamboyant, au début du 15ème siècle ( 1414-1430 ). Ce choeur, à chevet plat, est conçu comme une véritable "cage de verre", équipé de vastes baies destinées à accueillir de grandes et belles verrières. Les portails romans visibles au Sud et au Nord furent repris d'un édifice plus ancien. La haute tour de façade fut achevée de 1460 à 1490. Le portail principal, au Sud, est réalisé en 1320 et le tympan sculpté actuel est l'oeuvre d'Emile Sichler, sculpteur à Sélestat (vers 1847), les sculptures d'origine ayant été détruites à la Révolution. La chaire à prêcher est l'oeuvre d'un sculpteur de Sélestat, en 1619 (Jérôme Kruch). On remarque quelques tableaux dans l'église, notamment une belle Sainte Cène peinte, au cours du 18ème siècle, par un peintre né à Sélestat, Georges-Antoine Keman.

•  Les vitraux de St-Georges de Sélestat: l'église St-Georges avait, probablement, dans son ensemble, des vitraux magnifiques remontant jusqu'au 14ème siècle. Beaucoup de ces vitraux furent détruits au cours des guerres qui affectèrent la région de Sélestat. C'est la raison pour laquelle on remarque, dans les bas-côtés, des vitraux contemporains, notamment de François Chapuis (1928-2002). En ce qui concerne le choeur, lors de son achèvement vers 1435, on décide de décorer les vastes baies vitrées de sept vastes verrières datant donc du milieu et de la fin du 15ème siècle. Cet ensemble de vitraux exceptionnels avaient pour thèmes, en allant de gauche à droite: Sainte-Odile, Sainte-Catherine, Saint-Georges, la Vie de Vierge (comme immense verrière axiale du choeur), puis Saint-Michel, St. Constantin/Ste Hélène, Sainte-Agnès. On estime que ce vaste programme iconographique était terminé vers 1460 environ. Des destructions eurent malheureusement lieu, notamment lors des différents sièges de Sélestat, entre 1631 et 1814. Après la Révolution, on estime que les trois quarts des vitraux anciens (gothiques) du choeur avaient disparu. De 1848 à 1863, la Maison Maréchal de Metz effectua un regarnissage des baies du choeur avec un programme iconographique différent. Les restes des anciennes verrières furent un peu placés pêle-mêle, notamment dans deux baies du transept oriental. La Maison Zettler de Munich, en 1894, s'efforça de les replacer soigneusement dans leur ordre naturel [exemple de vitraux Zettler à Marmoutier: cliquer ici]. Lors de la guerre de 1939-45, les vitraux du choeur furent démontés et placés en hâte d'abord à Hautefort en Dordogne, puis au château du Haut-Koenigsbourg en Alsace. Ces transports accasionnèrent encore des dégâts aux vitraux anciens. La Direction des Monuments historiques confia au maître verrier parisien Max Ingrand le mandat de réparer et de reposer les anciens vitraux. Dans 3 baies du choeur furent reposés les panneaux anciens provenant des vitraux consacrés à Ste-Catherine, Ste-Agnès et St-Constantin; les panneaux manquants, dont les thèmes étaient connus, furent remplacés avec de nouveaux panneaux vitrés en harmonie avec les anciens. Puis Max Ingrand réalisa, dans son propre style mais en concordance avec les vitraux anciens, 4 ensembles consacrés à St-Georges, St-Michel, Ste-Odile pour les baies latérales et à la Ste-Vierge pour la verrière axiale. Sur 260 éléments des vitraux du choeur, seuls 52 sont anciens et replacés dans leur contexte. Ces verrières représentent environ 200 m carrés dont seulement 40 nous sont parvenus depuis l'époque gothique. Un guide imprimé, que l'on peut acheter dans l'église, nous permet d'identifier les vitraux anciens au milieu des grandes verrières du choeur reconstituées. Les importants fragments historiques des vitraux du choeur de l'église St-Georges de Sélestat constituent un témoignage remarquable de l'art du vitrail dans le dernier quart du 15ème siècle en Europe centrale.

•  Les orgues: une fois de plus, c'est le magnifique site Internet des Orgues en Alsace qui nous renseigne en détail sur l'histoire des orgues dans l'église St-Georges Sélestat: cliquer ici (site disparu début août 2017, définitivement). Un premier orgue à St-Georges de Sélestat est mentionné au 15ème s. Le 4ème instrument du lieu fut construit, en 1692, par l'organier Aebi d'origine soleuroise (en Suisse). Il fut placé sur le jubé. Un orgue de Jean-André Silbermann (1768) remplaça l'orgue Aebi. Cet orgue Silbermann fut déménagé à l'église des Dominicains de Colmar (mais il a été démonté, ensuite). L'orgue suivant fut un instrument de Martin Rinckenbach (1896). Cet orgue est un instrument important et remarquable, bien représentatif de l'esthétique de son temps. Le buffet fut sculpté par les ateliers Klem de Colmar. L'orgue comptait 43 jeux sur 3 claviers et pédalier + machine Barker au Grand-Orgue. Les tuyaux de façade furent réquisitionnés par les Allemands, en 1917. Ces tuyaux furent remplacés par des tuyaux en étain, en 1924. En 1944, l'orgue est victime de la guerre: dégâts en raison d'une bombe et des infiltrations d'eau. En 1952, Georges Schwenkedel, facteur alsacien, restaure et modifie l'orgue avec remplacement de jeux. En 1975, le facteur Alfred Kern modifie encore l'instrument dans le sens d'une adaptation néo-baroque. Kern modifia la mécanique et supprima la machine Barker et l'accouplement III/II. Le site des Orgues en Alsace, dans sa monographie sur l'orgue de St-Georges de Sélestat ( cliquer ici = site disparu définitivement début août 2017), invite le lecteur à comparer cet orgue de Sélestat, dans sa composition actuelle, avec le grand Rinckenbach d' Ensisheim, beaucoup plus proche de la véritable esthétique de Rinckenbach (car nettement moins retouché !). 


•  Composition de l'orgue Rinckenbach (1896) retouché par Kern en 1975, en l'église St-Georges de Sélestat (composition donnée pour 2005 dans le site des Orgues en Alsace)

Grand-Orgue (56 notes): Principal 16', Bourdon 16', Principal 8', Bourdon 8', Flûte majeure 8', Prestant 4', Flûte 4', Nasard 2 2/3', Doublette 2', Cornet 5r (Dessus), Mixture 3-4r 1 1/3', Cymbale 3r, Basson 16', Trompette 8', Clairon 4'.

Positif intérieur (56 notes): Quintaton 16', Lieblich Gedackt 8' (Bourdon aimable), Salicional 8', Prestant 4', Flûte 4', Nasard 2 2/3', Doublette 2', Tierce 1 3/5', Cymbale 3r 2/3', Cromorne 8'. 

Récit expressif (56 notes): Rohrflöte 8' (Flûte à cheminée), Salicional 8', Geigenprincipal 8' (Violon-Principal), Voix céleste 8', Flöte traverse 4' (Flûte traversière), Doublette 2', Basson 16', Trompette solo 8', Basson-Musette 8', Voix humaine 8'.

Pédale (30 notes): Soubasse 16', Flûte 16', Principalbass 8', Flûte 8', Violoncelle 8', Flûte 4', Bombarde 16', Trompette 8'.

Accessoires: accouplements = II/I, III/I, I/P, II/P, III/P. Mécanique à équerres. Console indépendante tournée vers la nef. Sommiers à gravures. Appels: anches de pédale. Tremblant doux commun au Récit et au Positif. Le Cornet du GO commence au 2ème Sol.

[Se rappeler notre rubrique concernant les jeux de l'orgue: cliquer ici ]. 


•  Liens Internet, documentation:

    -  brochure: Histoire et description des vitraux du choeur de l'Eglise Saint-Georges de Sélestat, brochure de 15 pages éditée par le Comité pour la Rénovation des églises Ste-Foy et St-Georges de Sélestat; en vente à l'église

    -  brochure: Petit guide du visiteur de l'église gothique Saint-Georges de Sélestat, brochure de 11 pages éditée par le Comité pour la Rénovation des églises Ste-Foy et St-Georges de Sélestat; en vente à l'église.

    -  dépliant: Bref historique des orgues de Sélestat, St-Georges & Ste-Foy, par Roland Lopes, janvier 2006 (4 pages).  

    -  http://tchorski.morkitu.org/8/selestat-01.htm (site riche en photos sur cette église, ©),

    -  http://tchorski.morkitu.org/8/selestat-001.jpg (les toits de cette église, ©),

    -  http://tchorski.morkitu.org/8/selestat-631.JPG (une vue de l'orgue, ©),

    -  fiche du site du Patrimoine de France sur l'orgue: cliquer ici (rechercher dans cette base Palissy, sous mobilier),

    -  autre fiche du site du Patrimoine de Francehttp://www.culture.gouv.fr/culture/inventai/patrimoine/ (dans cette base Palissy, sous architecture),

   

•  Ci-dessus, en guise de vignette agrandissable de cette page, nous mettons un cliché personnel (pris en août 2009) de l'orgue Rinckenbach de l'église St-Georges de Sélestat en Alsace. Les autres clichés personnels de cet édifice figurent dans les rubriques " photos, église, orgue " et " photos: vitraux " attenantes à cette page de texte.


Vue extérieure de l'église St-Georges, Sélestat: ci-dessous, à droite

Vue extérieure de cet édifice gothique. Cliché personnel (août 2009)


Autre vue extérieure de cette église St-Georges: ci-dessous, à droite

Autre vue de cet édifice. Cliché personnel

Informations :

•  Accueil: orgues et vitraux

•  Rafraîchir l'affichage: appuyer sur les touches ctrl et r 

•  Les photos personnelles de ce site sont la propriété intellectuelle exclusive de l'auteur (©) [mention: cliché personnel dans l'info-bulle de la photo]. Toute transgression du © sera traquée: veuillez indiquer honnêtement vos sources et prendre contact avec l'auteur... 


 
 
© 2007 Arcantel SA. Tous droits réservés - Un produit Internet Solutions by Arcantel
Retour Homepage