WebPME
Retour à la page d'accueil OK     Plan du site     Imprimer Imprimer    
  Vous êtes ici :  Accueil > Continents, pays, villes, lieux > France > Bourgogne (région) > Tournus: abbatiale, orgues
Continents, pays, villes, lieux
Afrique du Sud
Allemagne
Angleterre (Great Britain)
Australie
Autriche
Belgique
Canada
Danemark
Etats-Unis d'Amérique
France
Alsace (région)
Bourgogne (région)
Auxerre: cathédrale, orgue, vitraux
Beaune: Collégiale N.-Dame, orgues
Beaune: église St-Nicolas
Chalon-s.-Saône (St-Pierre)
Chalon-sur-Saône (St-Vincent)
Charolles: orgue Q. Blumenroeder neuf
Clamecy: Collégiale, orgue C.-Coll, vitraux
Dijon (Notre-Dame)
Dijon (Saint-Bénigne)
Dijon (Saint-Michel)
Nuits-St-Georges (orgue C.-Coll)
Paray-le-Monial, basilique romane
St-Jean-de-Losne: orgue du 18ème s.
Saulieu (basilique St-Andoche)
Seurre (orgue histor.: 1699)
Talant (N.-Dame: vitraux, orgue)
Tournus: abbatiale, orgues
Photos Tournus: architecture
Photos Tournus: orgues
Vézelay (basilique romane)
Franche-Comté (région)
Altkirch (église N.-Dame, orgue)
Angers (cathédrale, orgues)
Aups (Var: orgue italien)
Avignon (deux orgues à voir)
Barjols: orgue précieux de Provence
Bettlach (orgue Callinet magnifique)
Colmar (Collégiale)
Colmar, St-Matthieu
Ebersmunster (orgue A. Silbermann)
Ferrette (orgue Roethinger, 1926)
Fréjus (cathédrale, Var)
Grasse: ancienne cathédrale
Grenoble (église St-Louis, orgue Formentelli)
Hirsingue (Ht-Rhin, orgue Guerrier)
Lyon (Conservatoire Nation. Sup. de Musique)
Le Mans (cathédrale, orgue)
Marmoutier (orgue A. Silbermann)
Mirepoix, un orgue Link
Mulhouse (église cathol. St-Etienne)
Mulhouse (église réform. St-Jean)
Nancy cathédrale (Lorraine)
Nantes, la cathédrale, orgues
Narbonne (ancienne cathédrale, orgue)
Noyon (cathédrale, orgues)
Paris, la capitale de la France
Poitiers (cathédrale, orgue Clicquot)
Ribeauvillé (Alsace)
La Roche-sur-Foron (orgue, fact. italienne)
Roquebrune-sur-Argens, orgue
Roquevaire (Provence)
Rouffach (Alsace)
Saint-Maximin (orgue J. E. Isnard)
Saint-Omer (un grand Cavaillé-Coll)
Saint-Raphaël (N.-Dame-de-la-Victoire)
Saint-Sever (Landes)
Seppois-le-Haut (Ht-Rhin)
Strasbourg (cathédrale N.-Dame)
Strasbourg (St-Pierre-le-Jeune, réf.)
Strasbourg (St-Pierre-le-Vieux, cathol.)
Strasbourg (St-Thomas: Silbermann)
Tain l'Hermitage: N.-Dame Assomption
Thomières (orgue Micot)
Toulouse (cathédrale St-Etienne)
Toulouse (Musée des Augustins)
Hollande (Pays-Bas)
Italie
Liechtenstein
Luxembourg
Norvège
Pologne
République tchèque
Suède
Suisse
Orgues, Salles de Musique
Facteurs d’orgues
Facteurs de clavecins
Compositeurs (orgue)
Compositeurs (divers)
Clavecins
Orgues
Autres instruments
Musique (terminologie)
Architecture
Art du Vitrail
Interprètes (orgue)
Autres interprètes div.
Interprètes (tous instruments)
Horlogerie
Bibliographie
Liens
Dernières nouvelles, mises à jour récentes
Tournus: abbatiale, orgues


Tournus, église abbatiale romane St-Philibert: architecture, orgues

Vue du Grand Orgue de l'abbatiale de Tournus (inauguré en 1990). Cliché personnel (juin 2009)





•  En juin 2009, nous avons eu l'occasion de visiter une nouvelle fois Tournus et son église abbatiale Saint-Philibert.

Est-il nécessaire encore de présenter en détail ce chef-d'oeuvre de l'architecture romane, l'un des monuments, avec celui de Vézelay, les plus visités de la riche et belle Bourgogne romane ? Oui, bien sûr et résumons les grandes étapes de l'histoire de ce sanctuaire magnifique, avant de nous pencher plus attentivement sur les Grandes Orgues historiques de cette église monumentale [nous renvoyons surtout le lecteur à notre rubrique photographique architecturale du monument].

   -  Charles le Chauve accorde, en 875, à la communauté des moines de St-Philibert la possession du monastère de St-Valérien, de l'ancien castrum romain de Tournus et ses alentours avec les terres, les vignes et les habitants. A propos de St-Valérien: à proximité de l'Abbaye, cette église appartenait à un autre monastère, antérieur à celui des moines de Saint-Philibert (ces derniers étant venus de Noirmoutier après un voyage long et mouvementé). Propriété de la Ville, l'église St-Valérien est actuellement louée à un antiquaire.

   -  937: invasion hongroise qui ruine l'abbaye et les premières constructions.

   -  949: un pèlerinage à St-Philibert est institué.

   -  960-81: l'abbé Etienne, grand bâtisseur, fait entreprendre la construction d'une vaste église destinée à accueillir les pèlerins.

   -  1007: un incendie provoque la mort de deux moines, mais épargna la crypte où l'on mit à l'abri tout ce qui pouvait être sauvé du feu.

   -  l'église abbatiale est reconstruite et consacrée en 1019.

   -  nouvelle consécration par le pape Calixte II, en 1120, après travaux de réfection dans le choeur.

   -  1223-1245: travaux dans le cloître, dans la salle capitulaire et dans le dortoir des moines.

   -  14ème et 15ème siècles: construction de trois chapelles gothiques sur le côté Nord de l'église.

   -  1627: le monastère devient un Collège de chanoines. Le titre abbatial subsiste jusqu'en 1785.

   -  1793: à la Révolution, l'église est désaffectée et devient temple de la Raison.

   -  1802: réouverture au culte: l'église devient paroissiale.

   -  restaurations diverses, plus ou moins réussies: 19ème siècle, 1908-1915, 1950, 2000, 2001, 2002 (en 1984 pour les orgues, avec inauguration en 1990).

•  L'église abbatiale de Tournus est un monument sublime. Elle se différencie, dans l'art roman, par la présence dans le nef de berceaux transversaux permettant une hauteur de la nef assez importante. L'église est précédée, comme toutes les églises romanes de pèlerinage, d'un narthex (avant-nef). Ici, à Tournus, le narthex est une puissante construction divisée en 3 nefs par des piliers massifs cylindriques. Au-dessus, la chapelle haute, traditionnellement dédiée à Saint-Michel dans les églises avec narthex, est imposante et constitue une réussite architecturale romane exceptionnelle (hauteur de la nef de cette chapelle: env. 12,50 m). L'abside de cette chapelle haute était en encorbellement sur le mur du fond de la grande nef. L'orgue est venu occuper cet encorbellement, dès 1629. Choeur et transept ont été élevés un peu plus tardivement, à l'époque du grand chantier, tout proche, de Cluny (12ème siècle). Le décor de la nef, très simple, devient plus raffiné dans cet espace transept-choeur-déambulatoire. C'est dans cet espace que se trouvent, en hauteur notamment, de magnifiques chapiteaux romans. Dans le déambulatoire, en 2000/2002, un extraordinaire décor de mosaïques romanes du 12ème siècle a été mis au jour partiellement: il s'agit de médaillons représentant des signes du zodiaque et des activités des saisons (faucheur, cavalier...). La crypte est très ancienne. Elle est munie d'un déambulatoire à chapelles rayonnantes à chevet plat. Le martyr chrétien Valérien y fut inhumé, probablement déjà en 179. Mais la crypte romane actuelle est une construction remarquable datant, probablement, du 10ème siècle ou de la première moitié du 11ème s. Sur le flanc Nord de l'église, on a ajouté trois chapelles gothiques, alors que dans le collatéral Sud se trouve la chapelle de la fameuse statue de Notre-Dame-la-Brune. Il s'agit d'une remarquable statue du 12ème siècle en bois de cèdre, d'inspiration auvergnate, montrant Marie assise avec le Christ sur ses genoux (ce Christ bénissant a les proportions et le visage d'un adulte). La statue fut dorée au 19ème s. Cette statue, très vénérée, fut sauvée, en 1793, cachée par une habitante à la Révolution et restituée ensuite. Pour le passage à l'an 2000, un mobilier liturgique neuf, très dépouillé, a été commandé à l'artiste Goudji, maître-orfèvre d'origine géorgienne qui oeuvra également pour N.-Dame de Paris, et aussi pour la cathédrale de Chartres. L'église abbatiale de Tournus comporte quelques vitraux contemporains, dans les chapelles gothiques, réalisés en 1956 par MM. Choutet et Meringot. Les vitraux et les grisailles de la nef sont de Brigitte Simon (en 1964-67).

•  Les orgues: tout d'abord, dans le croisillon Sud du transept, on remarque un élégant orgue de choeur Cavaillé-Coll de 1864 (nous n'en connaissons pas la composition). Le buffet est déposé sur une tribune alors que la console est à même le sol. Les transmissions depuis la console au buffet sont visibles dans une sorte de "cage" transparente qui relie le plancher de la console à la tribune. Quant à lui, le Grand Orgue de nef de Tournus, comme tant d'instruments anciens, a vécu une histoire mouvementée et intéressante. Ce parcours historique est affiché dans le narthex avec suffisamment de détails pour aborder, ici, l'histoire des Grandes Orgues de Tournus.

   - " en juillet 1629: le sieur Dejoux, chantre, fait reconnaître l'orgue, orgue que par un fait traité avec le Chapitre, il s'était engagé de faire faire ". Depuis 2 ans, l'abbatiale n'était plus qu'une collégiale. Il lui faut un orgue, le précédent instrument ayant été détruit en août 1562, par les Huguenots. Le facteur du nouvel orgue fut Jehan d'Herville de Troyes en Champagne aidé du sculpteur Gaspard Symon de Tournus.

   -  1698: restauration de l'orgue par Pierre Frangas de Charlieu.

   -  1807: relevage par un certain Arnaud de Lyon.

   -  1822: relevage par un facteur de l'Ecole des Callinet (de nom inconnu). Adjonction probable, à cette époque, du buffet de Positif de dos et de son clavier. L'orgue est alors, probablement, un bel instrument classique français.

   -  1835: entretien par un dénommé Rouppe, ceci jusqu'en 1859.

   -  1863: relevage par le facteur Verschneider de Puttelange en Moselle. Renforcement des jeux graves à la Pédale.

   -  1870: restauration partielle, indiquée par H. Cure.

   -  1879: un devis est proposé par J. Merklin. Il ne sera pas exécuté.

   -  1906-07: deux devis, non exécutés, sont proposés par le facteurs Didier van Caster. On connaît alors les noms des jeux disparus depuis.

   -  1910: le vieil instrument est à bout de souffle (mention par H. Cure).

   -  1912: cet orgue est en si mauvais état que les Beaux Arts ne jugent pas nécessaire de le protéger lors de travaux sur les crépis (mention par H. Cure).

   -  1921: les plâtres tombés dans les tuyaux menacent de les faire éclater. On procède au nettoyage des étains, bois et sommiers (mention par H. Cure). En 1922, le buffet est classé.

   -  1926-29: l'orgue est muet depuis 14 ans ! Une affiche est posée dans l'église pour attirer l'attention des visiteurs concernant le vénérable instrument accroché en nid d'hirondelle à l'entrée de la nef. On souhaite recevoir des dons pour le faire revivre en 1929, date de son tricentenaire.

   -  1929: la restauration commence (facteur Edouard Ruche de Lyon). Les travaux sont achevés en décembre 1930, et complétés jusqu'en 1932. L'orgue est complètement transformé: la traction mécanique disparaît au profit de la traction pneumatique, une soufflerie électrique est mis en place, il y a remise en place et harmonisation des jeux restant utilisables. De nombreux tuyaux anciens sont refondus. On ajoute des jeux d'anches, un accouplement des claviers.... Mais, en 1945, l'orgue est à nouveau muet depuis le 16 juillet.

   -  1964: un intérêt des organistes régionaux se manifeste.

   -  1967: le Grand Orgue de Tournus est classé quant à sa partie instrumentale.

   -  1972: Michel Chapuis est désigné Rapporteur par la Section des Orgues Historiques. Des demandes de devis de remise en état sont faites auprès des facteurs suivants: Dunand, Hartmann et Kern. Le projet Hartmann est retenu en 1973.

   -  1978: l'orgue est démonté en vue de sa restauration. Les travaux furent achevés vers 1977: on connaît la composition des jeux de cette époque (elle est affichée dans le narthex de l'église): il s'agissait d'un instrument de 4 claviers, pédalier, d'esthétique française avec les ensembles suivants: Positif de dos, Grand-Orgue, Récit, Echo, Pédale.

   -  1984: plusieurs péripéties conduisent à la dernière restauration confiée au facteur Jean Deloye à Audelange.

   -  mai 1990: concert d'inauguration de l'orgue de Tournus, enfin restauré, par l'organiste Michel Chapuis. Cet instrument compte 32 jeux, dont 4 en emprunt, sur 4 claviers et pédalier. Une soufflerie mécanique complémentaire, actionnée par des souffleurs, est installée dans la chapelle Saint-Michel. La composition actuelle de cet orgue date donc de 1990. Elle est affichée dans le narthex. Nous la reproduisons ci-dessous. 


•  Composition du Grand Orgue de l'église abbatiale de Tournus (restauration de Jean Deloye, 1990)

Positif de dos (54 notes): Montre 4', Bourdon 8', Doublette 2', Nazard 2 2/3', Cymbale IV-Vr, Tierce 1 3/5', Larigot 1 1/3', Cromorne 8'.

Grand-Orgue (54 notes): Montre 8', Bourdon 8', Prestant 4', Flûte 4', Doublette 2', Nazard 2 2/3', Fourniture IIIr, Tierce 1 3/5', Cymbale IIIr, Cornet Vr de c3, Trompette 8', Clairon 4', Voix Humaine 8'. 

Récit (35 notes, 2 g): Flûte 8', Flûte 4', Cornet IIIr.

Echo (30 notes, 3 c): Cornet Vr, Trompette 8'.

Pédale (30 notes): Soubasse 16', Bombarde 16'. Jeux empruntés au Grand-Orgue: Flûte 8' (de Montre 8'), Flûte 4' (de Prestant 4'), Trompette 8' (de Trompette 8'), Clairon 4' (de Clairon 4').

Accouplements à tiroirs: Pos./GO, Réc./GO, Echo/Récit. Tirasse pour le GO.


•  Orgue de choeur Cavaillé-Coll (transept): le site du catalogue complet des oeuvres de Cavaillé-Collhttp://www.cavaille-coll.com/ ) nous indique que l'orgue de Tournus compterait 11 jeux répartis sur deux claviers (5 jeux au Grand-Orgue et 6 jeux aux Récit). Le Pédalier ne compterait pas de jeux propres (pédalier probablement [?] accroché). La date fournie par ce catalogue n'est pas 1864, mais 1872. Ces renseignements sont à prendre avec prudence [la date de 1864 est celle mentionnée dans la littérature à disposition, pour achat, à l'entrée de l'église abbatiale]. Nous n'avons rien pu vérifier, la console étant fermée à clef.


•  Liens divers, bibliographie:

    -  brochure: Tournus, Abbaye Saint-Philibert, éditions Gaud, Rue Brulard, Moisenay, juin 2005 (32 pages).

    -  livre: Bourgogne Romane, La Nuit des Temps 1, éditions Zodiaque (5ème édition), 1968.

    -  lien sur l'abbatiale de Tournus: voir ici ,

    -  http://www.tournugeois.fr/ (autre lien sur la région),

    -  http://www.art-roman.org/abbaye.php (autre lien important),

    -  http://pagesperso-orange.fr/revue.shakti/tournus.htm (autre lien),

    -  http://www.goudji.com/ (auteur du mobilier du choeur),

    -  http://fr.structurae.de/structures/data/index.cfm?id=s0003188 (architecture de Tournus, ©),

    -  une superbe site pour terminer: voir ici (en espérant qu'il ne sera jamais détruit).


•  Ci-dessus, en guise de vignette agrandissable de cette page, nous mettons un cliché personnel du Grand Orgue de l'église abbatiale de Tournus (juin 2009). Les autres clichés personnels figurent dans deux rubriques attenantes à cette page de texte: " photos de l'architecture ", " photos des orgues ".


Vue extérieure de l'abbatiale de Tournus: ci-dessous, à droite

Vue de l'église abbatiale de Tournus. Cliché personnel (juin 2009)


Une vue de la statue de N.-Dame-la-Brune à Tournus: ci-dessous, à droite

Vue de la statue de N.-Dame-la-Brune à Tournus (12ème s.). Cliché personnel (juin 2009)

Informations :

•  Accueil: orgues et vitraux

•  Rafraîchir l'affichage: appuyer sur les touches ctrl et r 

•  Les photos personnelles de ce site sont la propriété intellectuelle exclusive de l'auteur (©) [mention: cliché personnel dans l'info-bulle de la photo]. Toute transgression du © sera traquée: veuillez indiquer honnêtement vos sources et prendre contact avec l'auteur... 


 
 
© 2007 Arcantel SA. Tous droits réservés - Un produit Internet Solutions by Arcantel
Retour Homepage