WebPME
Retour à la page d'accueil OK     Plan du site     Imprimer Imprimer    
  Vous êtes ici :  Accueil > Compositeurs (orgue) > Bach, Jean-Sébastien
Continents, pays, villes, lieux
Orgues, Salles de Musique
Facteurs d’orgues
Facteurs de clavecins
Compositeurs (orgue)
Bach, Carl-Philipp-Emanuel
Bach, Jean-Sébastien
Photos: J.S. Bach, Thomaskirche
Bach, Wilhelm Friedemann
Claude Balbastre (France)
John Blow, organiste anglais
Georg Böhm (D)
Joseph Bonnet (France)
Dietrich Buxtehude
William Byrd, Angleterre
Jacques Charpentier (F)
Louis-Nicolas Clérambault
Michel Corrette
Jean-François Dandrieu (F)
Louis-Claude Daquin
Jeanne Demessieux (France)
Jacques Duphly
Rolande Falcinelli (F)
Girolamo Frescobaldi
Johann Jakob Froberger
Johann-Joseph Fux
Giovanni Gabrieli
Orlando Gibbons (GB)
Nicolas Gigault
Eugène Gigout (France)
Nicolas de Grigny, France
Guilmant, Felix-Alexandre (F)
Haendel, Georg-Friedrich
Gilles Jullien (Chartres)
Johann Kuhnau
Guillaume Lasceux
Nicolas Lebègue
Louis-James-Alfred Lefébure-Wély
Jean-Pierre Leguay (F)
Nicolas Jacques Lemmens (B)
Gaston Litaize (F)
Louis Marchand
Johann Mattheson (D)
Félix Mendelssohn-Bartholdy (D)
Georg Muffat
Jean-Baptiste Nôtre
Johann Pachelbel
Michael Praetorius
Max Reger (Allemagne)
Johann-Adam Reincken
François Roberday
Jan Pieterszoon Sweelink
Jean Titelouze
Charles Tournemire (France)
Louis Vierne, compositeur français
Charles-Marie Widor
Compositeurs (divers)
Clavecins
Orgues
Autres instruments
Musique (terminologie)
Architecture
Art du Vitrail
Interprètes (orgue)
Autres interprètes div.
Interprètes (tous instruments)
Horlogerie
Bibliographie
Liens
Dernières nouvelles, mises à jour récentes
Bach, Jean-Sébastien


Le plus grand de tous et qui eut comme devise: Soli Deo Gloria !

Portrait de J.-S. Bach. Cliquer sur l'image pour l'agrandirBiographie du plus grand compositeur de tous les temps, Johann-Sebastian Bach .

Si l'on fait une recherche Internet avec les mots "Jean Sébastien Bach", on tombe sur une foule de sites, en général assez bien faits, et qui présentent la vie de ce génie. Par exemple: 



Quelques références bibliographiques:

  • Encyclopédie de la Musique, La Pochothèque-Garzanti, Paris, 1995.
  • Bach, la dernière Fugue, par A. Farrachi, Gallimard, 2004.
  • Nouveau Dictionnaire de la Musique, par R. de Candé, Seuil, Paris, 2000.
  • BACH, Histoire d'un Nom dans la Musique, par E. Barilier, ZOE-Poche, Genève-Carouge, 1997.


Pour tout mélomane averti, les dates de naissance et de décès de J.S. Bach sont connues par coeur: né à Eisenach en 1685 et décédé à Leipzig en 1750 . Son père était violoniste et c'est ce père attentif qui lui donne les premiers rudiments de sa culture musicale et de sa formation. Son père décède en 1695. Son frère aîné continuera de le former. En 1700, il entre comme soprano dans le choeur de Saint-Michel à Lüneburg. Il reste au service de cette église, malgré la mue de sa voix. En 1703, on lui donne un bref emploi de violoniste dans l'orchestre ducal de Weimar.

Quelques mois plus tard, il est déjà organiste à l'église principale d' Arnstadt . En 1707, il est sévèrement critiqué pour s'être absenté sans autorisation à Lübeck auprès de D. Buxtehude , organiste très célèbre à l'époque en Allemagne. On le critique aussi pour donner aux chorals de l'assemblée un accompagnement très élaboré, trop élaboré (son passage à Lübeck est admirablement décrit dans un ouvrage récent: La Rencontre de Lübeck, par G. Cantagrel, Desclée de Brouwer, 2003).

Sur ces critiques, il va s'installer Mülhausen (église Saint-Blaise). La même année, il épouse sa cousine, Maria Barbara Bach . En 1708, il retourne à Weimar comme organiste de Cour. Déçu de son espoir de succéder au chef d'orchestre, en 1716, il délaissa la chapelle du Duc et devint Chef d'orchestre de chambre chez le Prince Leopold d'Anhalt-Cöthen. Là, libre de ses obligations religieuses, il se consacre à composer de la musique de chambre (les 6 Concertos brandebourgeois en 1721, dédiés au Margrave de Brandebourg, datent de cette période).

En 1721, un an après la perte de sa première femme, Bach se remarie avec Anna Magdalena Wilcke , soprano connu. En 1723, il obtint le poste de Cantor à l'église Saint-Thomas de Leipzig. C'est là qu'eut lieu notamment la première exécution de la Passion selon Saint-Matthieu (1729). Il vécut à Leipzig jusqu'à sa mort, avec la tâche de composer toute une série de Cantates sacrées. Il dirige aussi durant plusieurs années le Collegium Musicum, association de concerts de la ville.

En 1733, Bach présente à l'Electeur de Saxe (il était aussi roi de Pologne), le Kyrie et le Gloria qui furent ultérieurement intégrés dans la fameuse Messe en si mineur, oeuvre qui lui valut, 3 ans plus tard, le titre de compositeur de Cour. Lors d'une visite à Frédéric le Grand, il eut l'idée de l'Offrande Musicale reposant sur un thème proposé par le roi.

A la fin de sa vie, Bach perdit progressivement l'usage de la vue: à sa mort il était pratiquement aveugle. Il est décédé en 1750, alors qu'il travaillait intensément à l'un des points culminants de son art: l' Art de la Fugue .

Durant son existence, Bach a joui d'une grande célébrité comme organiste (les facteurs d'orgues faisaient appel à ses conseils), bien qu'il n'eût exercé cette activité que peu d'années. Mais il avait lu les traités consacrés à la facture d'orgues, déjà publiés à cette époque. En revanche il fut moins connu comme compositeur, une grande partie de son répertoire ayant été écrite pour un usage personnel ou local. Il semble même qu'il se soit désintéressé de la pérennité de son oeuvre: une seule cantate fut éditée de son vivant: Gott ist mein König , BWV 71.

Dans les dernières années de sa vie, Bach a semble-t-il voulu laisser un témoignage ou un testament musical de son art et de l'art musical du 18ème siècle allemand. C'est l'époque de la mise au point et même de la publication de quelques chefs-d'oeuvre, aboutissements ou transfigurations d'un art qui ne pourra plus exister: les Variations Goldberg (1742), la Messe en Si (1747-49) et les 3 monuments de science contrapuntique que sont les Variations Canoniques pour orgue (1746-47), l' Offrande Musicale (1747) et l' Art de la Fugue (1740-48).

Voici les grandes étapes de la vie de J.S. Bach:

  • 1697-1703: chanteur à l'église d'Ohrdruf puis à Lüneburg. Premières oeuvres: variations et préludes pour orgue. Il se rend à Hambourg pour entendre le vieux Reinken et à la Cour de Celle où il découvre la musique française de cette époque. Il fait un remplacement à Weimar.

  • 1703-1707: organiste de l'église Saint-Boniface à Arnstadt, devenue depuis Eglise Bach. Il devient un des meilleurs organiste allemands de l'époque. C'est à cette époque qu'il rencontre Bustehude. Il va ensuite comme organiste à Saint-Blaise à Mühlhausen. Il donne les cantates BWV 131, 71, 196 et 106, l'Actus tragicus.

  • 1708-1717: musicien de chambre et organiste à la Cour de Weimar. Bach compose toujours abondamment: cantates, oeuvres pour orgue. Là, Bach découvre les grands Italiens comme Corelli, Frescobaldi, Albinoni et Vivaldi. Il fait des transcriptions pour orgue de nombreux concertos de ces compositeurs.

  • 1717-1723: Kapellmeister à la Cour de Köthen. Le prince lui-même joue de la viole de gambe dans l'orchestre que conduit Bach. C'est à Köthen que Bach compose la plus grande partie de ses oeuvres instrumentales: concertos, concertos brandebourgeois, sonates diverses, oeuvres de clavecin dont le premier livre du Clavecin bien tempéré. Bach se remarie après un an de veuvage. Il songe à quitter Köthen pour Leipzig où le cantor de Saint-Thomas est décédé.

  • 1723-1750: il est Cantor à l'église Saint-Thomas à Leipzig. Sa situation à Leipzig n'est pas très attirante. Bach doit renoncer à écrire pour le théâtre, accepter de mener une vie obscure, enseigner la musique aux élèves de la Thomasschule, obéir au Conseil de Ville et fournir toute la musique qu'on lui demande. De plus il ne peut pas s'absenter sans autorisation préalable ! Les dimanches et les jours de Fêtes, il doit fournir alternativement de la musique pour Saint-Thomas et pour l'église Saint-Nicolas. Il dispose d'une chorale de garçons recrutés dans les élèves de la Thomasschule avec un petit groupe d'instrumentistes médiocres. Cela ne l'empêche pas d'écrire des sonates d'église et surtout la plupart de ses cantates d'église. Au début, il en fournira 3 séries annuelles complètes pour les dimanches et jours de fêtes. En cela il est parfaitement régulier et très rapide. Malheureusement, son existence est troublée par les conflits qui l'opposent au Conseil de Ville et aux autorités de la Thomasschule (ces autorités se contentent de la médiocrité des élèves pour la musique, mais pas Bach). Bach fera quelques voyages: Weissenfels, Kassel, Dresde, Berlin, Potsdam. La maladie et la fatigue commencent à atteindre J.S. Bach. A la fin de 1749, la fatigue de ses yeux usés par le travail et les copies fait qu'il ne voit presque plus. Il se fait opérer de la cataracte par un chirurgien connu, le Chevalier John Taylor, qui fera perdre la vue à Haendel 2 ans plus tard. Le sort de Bach ne fut pas meilleur. Les suites infectieuses de l'opération, doublées d'une médication hasardeuse ont des effets désastreux: il meurt le 28 juillet 1750 à 20 h 45 dans sa 66ème année. Il fut enseveli à Saint-Jean.

  • En 1894, ses restes furent exhumés et transportés à Saint-Thomas. Il eut de nombreux enfants dont 9 survécurent. La cadette, Regina Susanna mourut en 1809 dans le plus grand dénuement. L'oeuvre de Bach est l'aboutissement de 8 siècles de contrepoint; il a porté à son plus haut niveau chaque genre musical qu'il a abordé et en cela il lègue au monde et à sa postérité une somme immense du savoir musical européen. " A la fois point d'aboutissement et point de départ d'une culture prodigieuse, l'oeuvre de Bach forme la clef de voûte de notre histoire musicale ", écrit Roland de Candé dans son Nouveau Dictionnaire de la Musique, Seuil, 2000. C'est dans ce sens qu'il est juste de le considérer comme le plus grand compositeur de tous les temps. La Neue Bachgesellschaft a fait paraître un catalogue complet de son oeuvre avec la fameuse classification BWV (numérotation).


Les oeuvres marquantes de Bach sont :

Les deux Passions (Saint-Jean et Saint-Matthieu), une Passion selon Saint-Luc dont l'authenticité est douteuse, une Messe en Si mineur , 4 messes luthériennes , un oratorio de Noël (regroupement de 6 cantates), un Oratorio de Pâques , un Magnificat .

Il a laissé 145 chorals pour orgue , dont les fameux chorals de l' Orgelbüchlein , 18 chorals dits de Leipzig , 19 préludes et fugues , 3 fantaisies et fugues pour orgue, 4 toccatas et fugues pour orgue,  la grande Passacaille , 6 sonates en trio , des oeuvres de transcription à l'orgue de Maîtres italiens .

Pour le clavecin : 2 volumes de 24 préludes et fugues dits du clavier bien tempéré, 6 suites anglaises , 6 suites françaises , 6 partitas , 15 inventions à 2 voix et 15 sinfonie à 3 voix, le Concerto italien , une ouverture à la française , les variations de Goldberg , une vingtaine de préludes , toccatas et fugues et fantaisies et fugues et diverses pièces isolées .

Pour l' ensemble instrumental : 4 ouvertures ou Suites pour orchestre , les 6 Concertos Brandebourgeois , ces concertos pour un, ou deux violons, des concertos pour 1, 2, 3 ou 4 clavecins, des oeuvres pour clavecin et flûte et basse continue , des sonates et partitas pour violon seul , 6 suites pour violoncelle seul , des sonates pour flûte et clavecin , l' Art de la Fugue (oeuvre inachevée), car il est décédé en attaquant la dernière fugue dont le sujet est l'exposé musical des lettres de son nom B-A-C-H, dans le langage musical allemand où les notes peuvent être traduites par des lettres. BACH = si bémol-la-do-si ou en notation par les lettres: B bémol-A-C-H (notation allemande)...

 

Dans la rubrique attenante de J.S. Bach, nous mettons deux illustrations des orgues actuels de la Thomaskirche de Leipzig en Allemagne ( église Saint-Thomas ). Il s'agit du Grand Orgue Sauer , datant du 19ème siècle, à traction pneumatique et d'esthétique symphonique allemande (88 jeux sur 3 claviers et pédalier). D'autre part, pour l' an 2000 , on a construit dans la Thomaskirche de Leipzig un Orgue Bach de 61 jeux sur 4 claviers et pédalier (traction mécanique, facteur Woehl ). Ci-dessous, nous en donnons la composition. [Crédit des 2 illustrations de la page attenante: http://de.wikipedia.org/ ]. Liens utiles:

 

 

Composition de l'Orgue Bach ( facteur Woehl ) de la Thomaskirche de Leipzig :

Brustwerk (clavier 1) avec Grob Gedackt 8' (Grand Bourdon), Klein Gedackt 4', Principal 2', Super Gemsshörnlein II, Quint-Sexta II, Sieflit (Sifflet) 1'.

Hauptwerk (clavier 2) avec Bordun (Bourdon) 16', Principal 8', Viol da Gamba 8', Rohrflöth (Flûte à cheminée) 8', Quinta 6', Octav 4', Nassatquint (Quinte de Nasard) 3', Superoctav 2', Queerflöth (Flûte travers.) 2', Sesquialtera III, Mixtur VI, Cimbel (Cymbale) III, Fagott 16', Trombetta (Trompette) 8'.

Oberwerk (clavier 3) avec Quintaden 16', Principal 8', Gedackt 8', Gemshorn (Cor de chamois) 8', Flauta doux 8', Octav 4', Hohlflöth (Flûte creuse) 4', Hohlquint (Quinte creuse) 3', Superoctav 2', Blockflöth 2', Sesquialtera III, Scharff (Mixture aiguë) IV, Vox Humana 8', Hautbois 8', Glockenspiel, Tremulant.

Unterwerk (Echo, clavier 4) avec Barem (Bourdon bouché) 16', Still Gedackt 8', Quintaden 8', Principal 4', Nachthorn (Cor de nuit) 4', Spitzflöth 4', Spitzquint 3', Octav 2', Schweitzerflöth (Flûte suisse, jeu allemand) 2', Rauschquint 1 1/2', Superoctävlein 1', Cimbel (Cymbale) III, Regal 8'.

Pedal avec Grosser Untersatz 32', Principal 16', Violon 16', Subbass 16', Octav 8', Gedackt (Bourdon) 8', Quintaden 8', Superoctav 4', Bauerflöth (Flûte champêtre) 1', Mixtur VI, Posaun-Bass (Basse de Trombone) 32', Posaun (Trombone) 16', Trombet (Trompette) 8', Cornet 2'.

Tremblant pour l'orgue entier. Accouplements : OW/HW, UW/HW, OW/P, HW/P. Deux Zimbelsterne. Rossignol. Tempérament J.G. Neidhardt 1732, modifié.

Site du facteur Woehl http://www.orgelprojekte.de/ .

 


 

Informations :

•  Accueil: orgues et vitraux

•  Rafraîchir l'affichage: appuyer sur les touches ctrl et r 

•  Les photos personnelles de ce site sont la propriété intellectuelle exclusive de l'auteur (©) [mention: cliché personnel dans l'info-bulle de la photo]. Toute transgression du © sera traquée: veuillez indiquer honnêtement vos sources et prendre contact avec l'auteur... 


 
 
© 2007 VTX Webpme. Tous droits réservés - Un produit Internet Solutions by VTX
Retour Homepage