WebPME
Retour à la page d'accueil OK     Plan du site     Imprimer Imprimer    
  Vous êtes ici :  Accueil > Orgues > Les plus grandes orgues (monde) > Beauvais (cathédrale St-Pierre, orgue)
Continents, pays, villes, lieux
Orgues, Salles de Musique
Facteurs d’orgues
Facteurs de clavecins
Compositeurs (orgue)
Compositeurs (divers)
Clavecins
Orgues
Terminologie
Historique
Musée suisse de l’Orgue
Un orgue du temps de Bach: Pfaffroda
Les plus grandes orgues (monde)
Beauvais (cathédrale St-Pierre, orgue)
Berlin, la Philharmonie (orgue Schuke)
Cologne (cathédrale: 2 orgues en réseau)
Frankfurt-a./ Main (Dom, Grand Orgue)
Freiburg (en Brisgau; Münster)
Paris (Notre-Dame, orgue)
Paris (Saint-Eustache, 101 jeux)
Passau (Dom, orgue de 233 jeux)
Reykjavik (l'Hallgrimskirkja et l'orgue Klais)
Sibiu (Roumanie: orgue Sauer)
Sydney (Australie): Opera House
Tokyo (cathédrale St. Mary)
Ulm (Allemagne, cathédrale)
Vienne (Votivkirche, orgue Walcker)
Un facteur / un orgue (1)
Un facteur / un orgue (2)
Autres instruments
Musique (terminologie)
Architecture
Art du Vitrail
Interprètes (orgue)
Autres interprètes div.
Interprètes (tous instruments)
Horlogerie
Bibliographie
Liens
Dernières nouvelles, mises à jour récentes
Beauvais (cathédrale St-Pierre, orgue)


France, Picardie: les Grandes Orgues de la cathédrale de Beauvais

Grand Orgue de la cathédrale de Beauvais. Crédit: www.uquebec.ca/~uss1010/orgues/france/




•  On peut dire que cette édifice fut l'édifice de la "démesure" en matière d'art gothique du 13ème siècle. Voici, à Beauvais, la voûte la plus haute jamais voulue par les architectes du Moyen Age: une moyenne de 48-50 m de haut sous voûte (rappel: Amiens = 42 m). Cette cathédrale ne fut jamais terminée et s'est arrêtée à la construction du choeur (gigantesque) et du transept + une travée de la nef. Cet édifice s'effondra plusieurs fois, notamment quand ont voulut lui mettre une flèche à la croisée du transept, flèche de 153 m qui ne pouvait pas prendre appui sur la nef encore inexistante. Actuellement encore, cette cathédrale fait l'objet de surveillance car l'on craint, notamment en cas de vent très violent, un nouvel effondrement. Elle est équipée extérieurement et intérieurement de tirants en bois et en métal, dont certains furent déjà posés aux 15 et 16èmes siècles.

•  Ci-dessous, liens concernant la cathédrale et les orgues de Beauvais:

-  http://www.musiqueorguequebec.ca/orgues/france/beauvaiscsp.html  (lien pour la cathédrale, les orgues et leur histoire détaillée),

-  http://www.musiqueorguequebec.ca/orgues/france/beauvaiscsp1.html (galerie de photos), 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Cath%E9drale_Saint-Pierre_de_Beauvais  (page concernant l'histoire de la cathédrale),

http://www.cathedrale-beauvais.fr/description/grandorgue.htm (le Grand Orgue de la cathédr. de Beauvais),

http://www.flickr.com/photos/gmleuty/40077078/ (le grand orgue, ©),

-  fiche de l'Orgeldatabasecliquer ici (faire une recherche avec le "moteur" de la base sur "Beauvais"),

https://www.youtube.com/watch?v=Ghan5Q7qK9k (écoute du grand orgue),

https://fr.wikipedia.org/wiki/Cath%C3%A9drale_Saint-Pierre_de_Beauvais (lien complet avec photos et compositions des orgues).


•  La première mention d'un orgue à Beauvais date de 1530. Ce nouvel instrument devait déjà remplacer un instrument plus ancien. Ce sont les Frères Alexandre et François des Oliviers qui reçurent le mandat de construire un orgue. Ces facteurs s'entendirent avec des artistes de la ville pour l'élaboration du buffet et pour sa décoration sculptée. En 1532, l'orgue était terminé. A cette époque, l'orgue est installé à l'angle du déambulatoire et du transept sud. Mais déjà en 1540, l'instrument est endommagé par la chute sur l'orgue de matériaux que les ouvriers utilisaient pour la construction du transept méridional. La perte d'archives capitulaires par un incendie en 1940 ne nous permet pas de savoir exactement comment l'orgue de 1532 était composé; on pense qu'il devait s'agir d'un 3 claviers et pédalier. Pendant la Révolution, on jugea l'instrument suffisamment bon pour le conserver et pour l'utiliser lors de fêtes nationales. Son buffet était de style gothique. En 1823, un horloger du nom de Gorin, étant chargé de l'entretien de l'orgue, signala l'état lamentable dans lequel cet orgue se trouvait. Un devis demandé à Pierre-François Dallery ne fut pas retenu. Un autre facteur (Delille) présenta un projet qui était moins coûteux mais c'est le facteur lui-même qui renonça, tant l'état de l'orgue était dégradé. On prit alors contact avec un certain Cosyn, facteur d'orgues de l'Ecole Royale de Musique de Paris. Il présenta un projet en 1825 pour environ 26'700 FF. D'abord on suggéra de placer l'orgue ailleurs que dans sa position primitive, puis on jugea le devis exagéré. Restaurer la tribune de 1532 et réparer l'orgue présentaient des frais importants, de plus, on jugeait l'emplacement du 16ème siècle peu esthétique. On fit cependant des travaux de restauration de la tribune en 1828 pour près de 7'000 FF. Le chemin se fait peu à peu. On juge qu'il faut placer l'orgue dans la position où il est actuellement, qu'il faut construire une tribune spacieuse et comme il fallait aller à l'économie, le buffet serait réduit au strict minimum. L'histoire de ce grand orgue est finalement très cahoteuse. Un devis de la manufacture Daublaine-Callinet est rejeté. Cette manufacture cesse d'exister et c'est le successeur, Ducroquet, qui, à la demande de l'Evêque de Beauvais, fournira, en attendant, un orgue de choeur d'accompagnement des services religieux (il s'agit, au départ d'un instrument de 3 claviers et pédalier; à sa reconstruction, il sera réduit à 2 claviers et pédalier en 1943).


Quant au grand orgue, les affaires traînent indiscutablement. On ne sait plus que faire de cet instrument devenu quasiment injouable. Il n'y a pas de modification jusqu'en 1922, date à laquelle on transforme la pédale et supprime le 5ème clavier. L'orgue est toujours à l'emplacement du 16ème siècle, pas pratique et peu esthétique. En juin 1940, les bombardements détruisent en grande partie l'orgue. Des malfaiteurs se laissent enfermer dans la cathédrale, de nuit, pour piller le positif dont les tuyaux sont riches en étain. En 1945, l'archiprêtre de la cathédrale demande le déplacement de l'orgue au fond de la cathédrale, ceci en s'appuyant sur le projet de 1826 (Cosyn). La Commission des Beaux-Arts accueille favorablement la demande, mais la classe sans suite. On annonce en 1959 que les travaux vont commencer, mais ces promesses restent dans l'oubli. En 1966, l'Association des Amis des Grandes Orgues de Beauvais est fondée. Malgré leurs démarches actives, il faudra encore attendre 13 ans pour que l'on puisse ENFIN inaugurer un nouvel orgue. En 1969, l'évêque de Beauvais (Mgr Desmazière) annonce dans une lettre au Ministère des Affaires Culturelles que l'orgue de Beauvais est mis en priorité sur la liste de 1971. Il précise notamment que l'emplacement de l'orgue est définitivement décidé: il sera placé sur le mur de fond de l'église et non plus comme en 1532. En novembre 1970, le facteur Danion-Gonzalez démonte l'instrument et en dresse l'inventaire. On décide de reconstruire l'orgue au fond de la cathédrale, comme demandé, de récupérer au maximum les tuyaux utilisables, d'y adjoindre de nouveaux jeux pour le porter à 77 jeux, de le doter d'une traction mécanique.


Pendant que des travaux importants sont faits au mur de fond de la seule travée de nef réalisée, Danion-Gonzalez dans leurs ateliers restaurent et reconstruisent un très grand orgue avec un buffet en chêne. Cet instrument est l'un des rares en France à montrer en façade, en grandeur réelle, en métal, un 32' ouvert. En avril 1978, l'orgue arrive sur place et est assemblé puis harmonisé. Le concert d'inauguration eut lieu en mai 1979, avec notamment le concours de Pierre Cochereau. Après 40 ans de silence, l'orgue de Beauvais pouvait enfin sonner sous les très hautes voûtes du sanctuaire.


Cet orgue est l'un des 10 plus grands de France, le seul à présenter en façade d'étain un 32' d'ut. Son buffet est très harmonieux. 


Le Grand Orgue est un instrument de 4 claviers et pédalier, il comprend 77 jeux, la traction des clavier est mécanique et celle des jeux est électrique (Danion-Gonzalez, 1979, reprenant des éléments de Des Oliviers de 1532 et de Cosyn de 1827).


L'orgue de choeur est un instrument de Ducroquet (1850) revu par Gutschenritter en 1943: il comprend 2 claviers, 21 jeux et une traction mécanique intégrale.


•  Encore quelques sites Internet à ouvrir:

http://www.cathedrale-beauvais.fr/ (site de la cathédrale),

http://architecture.relig.free.fr/bvs1.htm (autre page sur cette cathédrale),

http://www.jedecouvrelafrance.com/f-3397.oise-cathedrale-beauvais.html  (autre page à lire),

http://orgue.free.fr/of293.html (page donnant la composition actuelle du grand orgue de Beauvais),

http://www.pbase.com/ericdeparis/image/101383541 (le Grand Orgue dans l'immensité de ce lieu, ©), 

http://www.pbase.com/ericdeparis/cathedrale_de_beauvais (remarquables vues de l'intérieur, ©). 



•  Ci-dessus, en guise de vignette de cette page, nous mettons un cliché du Grand Orgue de la cathédrale de Beauvais (F). Cliquer sur l'image pour l'agrandir. [Source: www.uquebec.ca/~uss1010/orgues/france/ ].


Vue intérieure du choeur de la cathédrale de Beauvais: ci-dessous, à droite

Le choeur immense de la cathédrale de Beauvais. Crédit: www.uquebec.ca/~uss1010/orgues/france/


Vue extérieure de la cathédrale de Beauvais: ci-dessous, à droite

Vue de la cathédrale de Beauvais. Crédit: //architecture.relig.free.fr/

Informations :

•  Accueil: orgues et vitraux

•  Rafraîchir l'affichage: appuyer sur les touches ctrl et r 

•  Les photos personnelles de ce site sont la propriété intellectuelle exclusive de l'auteur (©) [mention: cliché personnel dans l'info-bulle de la photo]. Toute transgression du © sera traquée: veuillez indiquer honnêtement vos sources et prendre contact avec l'auteur... 


 
 
© 2007 Arcantel SA. Tous droits réservés - Un produit Internet Solutions by Arcantel
Retour Homepage