WebPME
Retour à la page d'accueil OK     Plan du site     Imprimer Imprimer    
  Vous êtes ici :  Accueil > Continents, pays, villes, lieux > Suisse > Grisons, canton > Müstair (abbaye classée, hospice)
Continents, pays, villes, lieux
Afrique du Sud
Allemagne
Angleterre (Great Britain)
Australie
Autriche
Belgique
Canada
Danemark
Etats-Unis d'Amérique
France
Hollande (Pays-Bas)
Italie
Liechtenstein
Luxembourg
Norvège
Pologne
République tchèque
Suède
Suisse
Appenzell, canton et ville
Argovie, canton
Bâle-Campagne, demi-canton
Bâle-Ville, demi-canton
Berne, canton
Fribourg, canton
Genève, canton
Glaris, canton
Grisons, canton
Andeer (église, orgue Kuhn)
Augio: val Calanca, orgue ancien
Bergün, église: orgue Mathis
Bonaduz (église catholique)
Cama (église paroissiale, orgue)
Cavardiras: église proche de Disentis
Coire (cathédrale Ste-Marie)
Coire (église St. Lucius, St. Luzi)
Coire, église St-Martin
Davos (ancienne église anglaise)
Davos (église St. Theodul)
Davos: église Herz Jesu + autres sanctuaires
Ilanz (église réformée)
Ilanz (kathol. Pfarrkirche)
Klosters: église catholique, orgue
Klosters: église réformée
Küblis: église réformée, orgue Felsberg
Landquart (église catholique)
Landquart (église réformée)
Lantsch-Lenz (église St-Antoine)
La Punt-Chamues-ch (église baroque)
Lavin, Engadine: église, orgue
Lenzerheide: église catholique, orgue
Lumbrein (église, orgue Felsberg)
Luzein: église réformée, orgue
Maienfeld (Amanduskirche)
Malans: église réformée, orgue
Mon (église St. Franziskus)
Müstair (abbaye classée, hospice)
Photos (Müstair)
Poschiavo: église réformée San Ignazio
Ramosch (église, orgue ancien)
Roveredo (églises baroques)
Roveredo (église San Giulio)
Samedan (église réformée)
Santa Domenica, val Calanca: orgue
Savognin (Baselgia Nossadonna, Ste-Marie)
Savognin (St-Michel, St-Martin)
Says (église réformée)
Schiers: église réformée, orgue Metzler
Schluein (Pfarrkirche)
Scuol (église réformée)
Sils-Baselgia (église réformée)
Sils-Maria (église réformée)
Silvaplana (église catholique)
Silvaplana (église réformée)
Sta-Maria, val Calanca
St. Moritz: St. Karl Borromaeus
St. Moritz (église réformée)
Sumvitg: aux Grisons, orgue Späth
Trimmis (égl. catholique, orgue)
Trimmis (église réformée)
Tschierv (Val Müstair)
Valbella (église catholique)
Valchava, Val Müstair
Valendas (orgue historique: 1737)
Zernez (église réform., orgue classé)
Zillis (orgue Felsberg)
Zizers (église catholique)
Zizers (orgue Felsberg: égl. réform.)
Zuoz (église réformée S. Luzi)
Jura, canton
Lucerne, canton
Neuchâtel, canton
Nidwald, demi-canton
Obwald (demi-canton): Engelberg
Obwald (demi-canton): autres lieux
St-Gall, canton
Schaffhouse, canton
Schwyz (Schwytz), canton
Soleure, canton
Tessin, canton
Thurgovie, canton
Uri, canton
Valais, canton
Vaud, canton
Zoug, canton
Zurich, canton
Orgues, Salles de Musique
Facteurs d’orgues
Facteurs de clavecins
Compositeurs (orgue)
Compositeurs (divers)
Clavecins
Orgues
Autres instruments
Musique (terminologie)
Architecture
Art du Vitrail
Interprètes (orgue)
Autres interprètes div.
Interprètes (tous instruments)
Horlogerie
Bibliographie
Liens
Dernières nouvelles, mises à jour récentes
Müstair (abbaye classée, hospice)


Müstair: abbaye classée au Patrimoine mondial de l'Unesco, orgues, peintures murales

Vue de l'abbaye de Müstair. Cliché personnel (juillet 2011)




•   Lors de notre séjour aux Grisons, en juillet 2011, nous avons visité l'abbaye de Müstair, dans le val Müstair (extrême frontière des Grisons avec l'Italie du Nord).

•   Ce val Müstair est parcouru par la rivière Rom, affluent du fleuve Adige. Plusieurs villages au très grand cachet architectural se situent dans cette vallée à laquelle on accède en franchissant le col de l'Ofen (Ofenpass), notamment Tschierv et Valchava.

•   Histoire de l'abbaye de Müstair: cette abbaye, dédiée à Saint-Jean-Baptiste, fut fondée au 8ème siècle sous le règne de Charlemagne. Ce monastère qui abrite un ensemble exceptionnel de peintures murales carolingiennes, est classé, depuis 1983, au Patrimoine mondial de l'Unesco. Le monastère n'a jamais été complètement reconstruit: il se présente aujourd'hui sous la forme d'un agglomérat de bâtiments issus de 1200 ans d'histoire. Le coeur de l'abbaye est l'église romane encadrée par son haut clocher et par la tour Planta couronnée de créneaux caractéristiques. La chapelle de la Sainte-Croix s'élève, isolée, à la porte du cimetière (cette chapelle, en travaux, n'était pas visitable lors de notre passage). La légende veut que Charlemagne, rentrant de son sacre à Rome, fût frappé par les dangers de la montagne (il passa par le col de l'Umbrail). Il fut sauvé grâce à l'aide de Dieu et décida de fonder, dans le val Müstair, cette abbaye dont la poutraison a été effectivement datée de l'an 775, soit un an après la conquête de la plaine lombarde par Charlemagne. En fondant cette abbaye, appui stratégique, Charlemagne avait pour objectif de réunifier les terres de l'ancien Empire romain d'Occident. Mais il avait aussi à coeur de contribuer à la renaissance des arts, de la culture et de la vie spirituelle dans son royaume. Le couvent avait également pour tâche d'accueillir les voyageurs qui transitaient par les cols alpins qui reliaient l'Engadine au Tyrol du Sud et à la Valteline. Très active jusqu'au 10ème siècle, la communauté monastique déclina cependant jusqu'au milieu du 12ème siècle (les moines de Müstair avaient alors disparu). Une communauté de moniales bénédictines habita alors le monastère. En 1449, pendant la Guerre de Souabe, le monastère fut incendié. Sous la direction des abbesses Angelina Planta (de 1478-1509) et Barbara de Castelmur (de 1510-1533), on releva le couvent de ses ruines. Au moment de la Réforme (vers 1528), Müstair resta fidèle à l'ancienne foi. En 1799, les troupes françaises occupèrent et pillèrent les lieux en emportant la précieuse hostie miraculeuse qui en a avait fait un lieu de pèlerinage. Le couvent fut déclassé en prieuré en 1810 et placé sous l'autorité de l'évêque de Coire.

•   En 1906, deux historiens de l'art, Josef Zemp et Robert Durrer, publièrent une monographie consacrée au couvent de Müstair. Cet ouvrage révélait, notamment, l'existence d'un ensemble exceptionnel de fresques carolingiennes dans l'église. Ces peintures murales furent dégagées entre 1947 et 1951, sous la direction du restaurateur d'art Franz Xaver Sauter. En 1969, une campagne de restauration complète fut lancée. Ces travaux durent encore de nos jours. La Fondation Pro Kloster St. Johann a pour but de mettre en valeur le patrimoine exceptionnel de Müstair et de maintenir une activité et une communauté vivante à Müstair. La fameuse tour Planta (tour massive romane) fut terminée en 2003, quant à sa restauration. De même, le musée conventuel fut achevé également.

•   Etapes historiques: le monastère carolingien (vers 775) = il ne reste rien de ce monastère sauf l'église (laquelle était plafonnée de bois à l'origine) et la chapelle de la Sainte-Croix. Le donjon = construit vers 960 pour protéger l'abbaye des invasions (c'est la tour Planta, rare construction défensive de style roman primitif en Suisse et en Europe). La résidence épiscopale = elle remonte à 1035 avec une chapelle à deux niveau (dédiée aux saints Ulrich et Nicolas). Changement de propriétaire vers 1150 = c'est l'arrivée de la communauté de femmes qui occupa la résidence épiscopale en 1163. Enceinte médiévale = 14ème siècle (la physionomie actuelle du monastère commença à se dessiner). Grands travaux autour de la Guerre de Souabe = vers 1478 à 1509, sous la direction de l'abbesse Angelina Planta, on voûte l'église que l'on divise en 3 nefs avec une tribune en Ouest; l'enceinte est renforcée et les tours d'entrée du monastère sont élevées, notamment. L'abbesse qui prit sa succession (Barbara de Castelmur) dut faire face à la peste de 1511 et à la Réforme en 1528. Müstair resta fidèle au catholicisme en échange de l'usufruit de l'abbatiale comme église paroissiale (le clocher date de cette époque: vers 1530). Réaménagements baroques = 17 et 18èmes siècles. Par manque de moyens financiers, les Soeurs ne purent réaliser une reconstruction baroque complète, ainsi que cela se fit dans de  nombreuses abbayes d'Europe centrale (seuls des aménagements purent être faits: grange, chapelle de l'Hostie miraculeuse, aménagement de la cour Sud). Epoque moderne = 19 et 20èmes siècles (croissance de la communauté, aile centrale agrandie, bâtiment pour l'Institut de jeunes filles en 1892). Au 20ème siècle, la restauration est pratiquement achevée avec intégration d'un confort moderne discret, plus un nouveau musée avec sa boutique.

•   Description de l'église conventuelle: l'église abbatiale est le plus précieux trésor de Müstair. Elle fut, depuis l'époque carolingienne, le centre de gravité du monastère. Ce bâtiment exceptionnel (classé, avec l'abbaye, au Patrimoine mondiale de l'Unesco) a traversé 12 siècles d'histoire, en subissant des transformations à l'époque gothique tardive, transformations qui préservèrent les peintures murales. L'église, à l'origine, était plafonnée de bois et formait une imposante église-halle romane à trois absides. Trois marches surélèvent le sanctuaire par rapport à la nef. Un jubé en marbre clôturait le choeur. Si les absides possédaient des fenêtres en plein-cintre assez généreuses, les fenêtres hautes de la nef apportaient un éclairage discret. Deux annexes Sud et Nord, plus basses, furent construites en même temps que l'église et se terminaient aussi par une petite abside romane. Le chevet de cette église offrait donc un étagement de 5 absides, à l'origine: trois absides centrales de même hauteur et deux absides Nord et Sud sensiblement plus basses. Actuellement, on reconnaît toujours les 3 absides centrales romanes et la petite abside Nord, également encore romane.

•   Les peintures murales: la datation du cycle carolingien remonte à la première moitié du 9ème siècle, soit une à 2 générations après la construction de l'église, en 775. Les peintures recouvraient l'intégralité des murs intérieurs. Le plafond boisé était probablement, lui aussi, peint (comme il en subsiste un exemple remarquable, non loin de là, à Zillis aux Grisons). Ce plafond fut détruit dans un incendie. Vers 1200, avec l'arrivée de la communauté de femmes bénédictines, de nouvelles peintures habillèrent les parois du choeur, tout en reprenant une partie du programme iconographique carolingien conservé. Ces fresques romanes, n'ayant pas bien adhéré à l'enduit d'origine, tombèrent ou furent détachées et conservées. Au 15ème siècle, les peintures carolingiennes furent badigeonnées et recouvertes par des peintures gothiques tardives. Lors du voûtement de la nef (vers 1488-1492), la nef fut intégralement blanchie. D'autres pertes eurent lieu, dans cet ensemble pictural exceptionnel, aux 18 et 19èmes siècles. Lors de la rénovation de 1878, l'église fut repeinte dans un style historicisant de type Ecole de Beuron. Ce décor fut supprimé entre 1947 et 1951 pour permettre le dégagement des peintures carolingiennes et romanes.

•   Programme iconographique: les peintures sont altérées par les incendies, mais aussi par les interventions successives de l'homme. Toutefois, il y a des zones de ces surfaces peintes qui sont particulièrement bien conservées, notamment dans les absides. Les parois latérales sont essentiellement consacrées à des scènes bibliques. Le contenu des absides est extrêmement riche: aux calottes figurent 3 fois le Christ; au Nord il est représenté remettant l'Eglise aux Apôtres Pierre et Paul; au Sud, il s'agit d'une croix qui porte le buste du Messie et au centre on voit le Christ trônant en gloire dans une double mandorle et encadré des symboles des 4 Evangélistes. Les registres inférieurs des absides sont dédiés à la vie des saints, notamment Jean-Baptiste. Dans l'abside centrale, on voit parfaitement représenté le banquet d'Hérode avec Salomé présentant la tête tranchée de Jean-Baptiste dans une coupe en or. Les voûtes portent des peintures gothiques tardives. Comme le montrent les guides imprimés que l'on achète au musée, on constate que l'intégralité de l'église fut revêtue de peintures murales, offrant ainsi au monde chrétien l'un des plus vastes ensembles peints au monde remontant à l'époque carolingienne, à l'époque romane ou même gothique. Le visiteur emportera de sa visite l'extraordinaire message chrétien véhiculé par l'église abbatiale de Müstair, chef-d'oeuvre immense de l'art en Suisse.

•   Les orgues: dans l'église abbatiale, on remarque, en tribune, un orgue assez modeste dont le support en bois porte la date de 1949. Nous n'en connaissons pas la composition ni le facteur (en 07.2011). Par contre, dans la chapelle de l'Hospice de Münstair, qui occupe une place importante dans la rue centrale, laquelle mène à l'abbaye, on remarque un intéressant orgue de la Manufacture Martin Vier de Friesenheim en Allemagne (construit en 2006). Ils'agit d'un orgue de structure cylindrique enfermé dans un décor de lattes en bois verticales et mobiles. Cet instrument est assez original dans sa conception. La console est dissimulée derrière des parois mobiles du décor de ces lattes. Ces parois peuvent être déplacées latéralement pour mettre en évidence l'organiste. 

•   Grâce à une correspondance, début septembre 2011, de la part de la Manufacture Vier Orgelbau (D), nous connaissons la composition de l'orgue de l'église abbatiale (Klosterkirche) de Müstair. Il s'agit d'un orgue O. Metzler & Söhne (Manufacture suisse) de 1949 avec la composition suivante: Clavier I (C-g''') avec Principal 8', Rohrflöte 8', Octav 4', Flöte 4', Mixtur 2'. Clavier II (C-g''') avec Gedackt 8', Salicional 8', Principal 8', Nachthorn 4', Quinte 2 2/3', Octav 2', Scharf (Mixture aiguë) 1'. Pédalier (C-f ') avec Subbass 16'. Accouplements habituels II/I, II/P, I/P. Une combinaison libre. Deux combinaisons fixes = Tutti, Mezzoforte. Traction mécanique (remerciements à la Manufacture Vier pour ses précieux renseignements).


•   Composition de l'orgue Vier (2006) de l'Hospice de Müstair [selon le site du facteur et contrôle sur place]

Clavier 1 (C-f '''): Principal 8', Viola di Gamba 8', Bourdon 8', Canora 8', Geigenschwebung 8', Octave 4', Salicional 4', Doublette 2', Sesquialter 2f. avec extraction de la Quinte 2 2/3' (Nazard), Mixtur 2f. avec extraction de la Quinte 1 1/3' (Quint).

Clavier 2 (C-f '''): Physharmonika 8' durchschlagend (anche battante), Flöte 4' .

Pedal (C-d1): Subbass 16', Prinzipal 8' (Wechselschleife mit Principal 8' 1. Manual), Choralbass 4' (Wechselschleife mit Octave 4' 1. Manual).

Accouplements: II/I, I/P, II/P . [Jeux: Canora = an open metal string register of 18th-century German type, i.e. very mild and fairly neutral-toned. Schwebung = Céleste. Physharmonica = une anche libre expressive et douce, proche du son de l'harmonium (en 8' ou 16')]. Voir aussi: http://cdmnet.org/Julian/l-o/glos1.htm . Voir notre rubrique sur les jeux de l'orgue: cliquer ici .


•   Liens Internet divers, bibliographie

    -  brochureMonastère St-Jean-Baptiste, Müstair, Schnell, Guide d'art et d'histoire No 10601, édition française de 2008, 28 pages, Verlag AG Schnell & Steiner GMBH Regensburg, D-93055

    -  http://www.orgelbau-vier.com/muestair01.html (l'orgue Vier de l'Hospice de Müstair),

    -  lien pour l'abbaye en allemand: cliquer ici , cliquer ici , cliquer icicliquer ici , cliquer ici , cliquer ici ,

    -  vie religieuse dans les Alpes: lire ici ,

    -  beau lien avec de belles photos (©): voir ici, (ce site "Sacred Destinations" a changé et n'offre plus que du texte),

    -  lien pour le Patrimoine Mondial de l'Unesco: cliquer ici , et lien spécifique: cliquer ici (régional) et aussi ici (pour le couvent),

    -  manufacture d'orgues Martin Vier: cliquer ici .


•   Ci-dessus, en guise de vignette agrandissable de cette page, nous mettons un cliché personnel de l'abbaye bénédictine de Müstair dans le canton des Grisons. Les autres clichés personnels figurent dans la rubrique "photos" attenante à cette page de texte.


Vue de l'orgue de l'église abbatiale de Müstair: ci-dessous, à droite

Vue de l'orgue de l'église abbatiale (date: 1949). Cliché personnel


Vue intérieure de l'église abbatiale, abside centrale: ci-dessous, à droite

Vue de l'abside centrale de l'église. Cliché personnel


Vue de l'orgue Vier (2006) de l'Hospice de Müstair: ci-dessous, à droite

Vue de l'orgue Vier de la chapelle de l'Hospice de Müstair. Cliché personnel


Situation géographique de Müstair: ci-dessous, à droite

Situation géographique. Crédit: http://www.viamichelin.fr/web/Cartes-plans/


Emplacement géographique aux Grisons: ci-dessous, à droite

Emplacement de Müstair. Crédit: http://de.wikipedia.org/

Informations :

•  Accueil: orgues et vitraux

•  Rafraîchir l'affichage: appuyer sur les touches ctrl et r 

•  Les photos personnelles de ce site sont la propriété intellectuelle exclusive de l'auteur (©) [mention: cliché personnel dans l'info-bulle de la photo]. Toute transgression du © sera traquée: veuillez indiquer honnêtement vos sources et prendre contact avec l'auteur... 


 
 
© 2007 Arcantel SA. Tous droits réservés - Un produit Internet Solutions by Arcantel
Retour Homepage