WebPME
Retour à la page d'accueil OK     Plan du site     Imprimer Imprimer    
  Vous êtes ici :  Accueil > Continents, pays, villes, lieux > Suisse > Zurich, canton > Rheinau (église de l'Abbaye, orgues)
Continents, pays, villes, lieux
Afrique du Sud
Allemagne
Angleterre (Great Britain)
Australie
Autriche
Belgique
Canada
Danemark
Etats-Unis d'Amérique
France
Hollande (Pays-Bas)
Italie
Liechtenstein
Luxembourg
Norvège
Pologne
République tchèque
Suède
Suisse
Appenzell, canton et ville
Argovie, canton
Bâle-Campagne, demi-canton
Bâle-Ville, demi-canton
Berne, canton
Fribourg, canton
Genève, canton
Grisons, canton
Jura, canton
Lucerne, canton
Neuchâtel, canton
Nidwald, demi-canton
Obwald (demi-canton): Engelberg
Obwald (demi-canton): autres lieux
St-Gall, canton
Schaffhouse, canton
Schwyz (Schwytz), canton
Soleure, canton
Tessin, canton
Thurgovie, canton
Uri, canton
Valais, canton
Vaud, canton
Zoug, canton
Zurich, canton
Adliswil (un bel orgue Mathis)
Bülach (orgue église catholique)
Dietikon (orgue Metzler)
Fällanden (église catholique)
Rheinau (la Bergkirche, orgue Kuhn)
Rheinau (église de l'Abbaye, orgues)
Photos (Rheinau, Abbaye)
Zollikon (la Dreifaltigkeitskirche)
Zürich, Eglise St. Anton
Zürich (église St. Peter und Paul, cathol.)
Zürich (église St-Pierre)
Zürich, le Fraumünster
Zürich (le Grossmünster)
Zürich (la Liebfrauenkirche)
Zürich (la Predigerkirche)
Zürich (la Wasserkirche)
Zürich-Hirzenbach (égl. réformée)
Zürich-Sihlfeld (Andreaskirche, orgue Metzler)
Zürich-Schwamendingen (égl. réform.)
Wädenswil, église réformée
Winterthur: église catholique Herz Jesu
Winterthur: église catholique St. Peter u. Paul
Winterthur: église réformée, Mattenbach
Winterthur: église réformée, Veltheim
Winterthur: la Stadtkirche (orgues)
Orgues, Salles de Musique
Facteurs d’orgues
Facteurs de clavecins
Compositeurs (orgue)
Compositeurs (divers)
Clavecins
Orgues
Autres instruments
Musique (terminologie)
Architecture
Art du Vitrail
Interprètes (orgue)
Autres interprètes div.
Interprètes (tous instruments)
Horlogerie
Bibliographie
Liens
Dernières nouvelles, mises à jour récentes
Rheinau (église de l'Abbaye, orgues)


Rheinau, ancienne abbaye bénédictine: art baroque prestigieux, orgues historiques

Vue du Grand Orgue Leu/Kuhn (1715-1990) de la Klosterkirche, Rheinau. Cliché personnel (sept. 2008)





•  Lors de notre déplacement à Schaffhouse (septembre 2008), nous avons visité la merveilleuse église abbatiale (Klosterkirche St. Maria) de Rheinau. La complexité des frontières du Rhin fait que cette merveille baroque se situe sur une île, sur le Rhin, mais dans le canton de Zürich !

Rheinau fait partie des très grandes abbayes bénédictines de la région rhénane. Et bien sûr, ces abbayes recèlent presque toutes des trésors de la facture d'orgues baroque. C'est notamment le cas à Rheinau.


•  L'abbaye de Rheinau fut fondée en 778. Le roi carolingien Ludwig der Deutsche attribua des privilèges à l'abbaye de Rheinau. Au 10ème siècle, Rheinau perdit ses privilèges et tomba sous le contrôle de l'évêque de Constance. Rheinau les récupéra sous les règnes de l'empereur Otton Ier et du roi Lothar. Le monastère devint l'objet de luttes intestines entre les familles donatrices, ayant favorisé l'institution de Rheinau. La transmission du monastère à l'Empire (vers 858) conféra un appui extérieur à l'abbaye. Le rayonnement spirituel de Rheinau est à ce moment lié à la présence du moine irlandais Fintan.

[Fintan: moine de l'abbaye de Rheinau qui fut canonisé au 11ème siècle. Avant de devenir ermite dans la même cellule durant vingt-cinq ans, il fut un aventurier de Dieu. Né en Irlande, il est capturé lors d'une invasion normande. Il s'échappe sur les côtes d'Ecosse, s'embarque pour la Gaule. Pèlerin de Saint Martin à Tours, il parcourt la France et la Germanie, la Lombardie et l'Italie. Revient quelque temps vers la Suisse à Pfeffers et enfin se fixe près de Schaffouse au monastère de Rheinau où il peut enfin s'unir entièrement à Dieu].

Fintan entra au couvent de Rheinau en 851 et y termina sa vie en ascète, en 878. La tombe du Saint fut retrouvée en 1446 (il s'était fait emmurer dans une cellule près de l'église). Rheinau devint alors un lieu de pèlerinage, mais aussi un lieu d'érudition bénédictine. Rheinau vécut une longue période prospère avec son adhésion au mouvement réformé bénédictin d'Hirsau (11ème siècle). L'apparentement aux Habsbourg, détenteurs du bailliage depuis le 13ème s., entraîna un certain déclin du site de Rheinau. Cette alliance avec les Habsbourg, en effet, compromit le monastère dans les querelles avec les Confédérés helvétiques. Finalement, l'édifice fut placé sous la protection des Etats confédérés, en 1455. La Réforme passa avec son cortège inconoclaste. La reprise en main par les catholiques, en 1531, permit au monastère de se refaire. Mais son sommet véritable, Rheinau ne le connut qu'à partir de son entrée dans la congrégation bénédictine (1603). L'apogée de la seconde haute période de Rheinau fut atteint sous le règne de l'Abbé Gérold II Zurlauben (1667-1735). Cet abbé fit reconstruire le monastère et, notamment, son sanctuaire. L'architecte en fut Franz Beer du Vorarlberg (1704-1711, construction de l'église). La fin de l'Ancien Régime amena passagèrement (1799-1803) la suppression de l'abbaye. Elle finit par disparaître définitivement, comme institution religieuse, en 1862. Depuis 1864, une partie des bâtiments conventuels abritent une institution psychiatrique.

De l'ancien Münster, consacré en 1114 (époque romane) et élargi dans le style gothique tardif, seule la tour Sud, de 1572, fut conservée. Vint alors la superbe construction baroque que l'on connaît et qui est l'une des plus grandes splendeurs de cet art en Europe centrale. L'ornementation est de la première moitié du 18ème siècle. Mais l'apogée du Baroque est atteint avec le colossal Maître-Autel de Judas Thadäus Sichelbein (1720-1723). Les stucs de l'église datent de 1708 à 1710. Les peintures des voûtes furent en grande partie exécutées par le Maître fresquiste de Meride (près de Mendrisio, au Tessin): Francesco Antonio Giorgioli (vie: 1655-1725). La fresque de la croisée du transept est particulièrement belle ("Gloria Omnium Sanctorum").

L'église abbatiale de Rheinau recèle plusieurs autels. Le Maître-Autel est, sans doute, le chef-d'oeuvre baroque figurant dans les plus nombreux manuels illustrés de l'histoire de l'art. La peinture qui orne cet autel mesure plus de 6 m de haut et représente l'Assomption (par Jacob Carl Stauder qui vécut de 1694 à 1756, grand peintre baroque de la région de Constance). Les deux autels latéraux à l'entrée du choeur sont aussi très remarquables et d'époque baroque. Les stalles datent de 1707 à 1710. La chaire, plus tardive, date de 1756.


•  Les orgues:

   -  L'orgue de choeur:

Le premier orgue à avoir été présent à Rheinau est le petit orgue de choeur, présent lors de la consécration en octobre 1710. Ce positif remarquable a été construit par le facteur Johann Christoph Albrecht de Waldshut. A l'origine, l'orgue n'avait pas de pédalier et ne comprenait que 6 jeux. Sa forme particulière se voulait être le reflet du tombeau du moine Fintan, situé côté Epître (à droite), l'orgue étant placé côté Evangile, donc à gauche. En 1726, le Père Maurus Brignol fit compléter cet instrument, vraiment modeste, en faisant ajouter un pédalier avec 2 jeux. Ces tuyaux de Pédale, trop grands, ne pouvaient pas figurer dans le buffet et durent être placés derrière les stalles. En 1746, l'orgue est remanié par le fameux facteur schaffhousois Johann Konrad Speisseger (auteur notamment de l'ancien grand orgue de la Collégiale de Neuchâtel, maintenant en l'église de Vuisternens-en-Ogoz). Speisseger (ou Speissegger, ou encore Speisegger) reconstruisit le sommier avec 10 jeux. D'autres facteurs intervinrent encore, notamment Friedrich Hass (1841). A la sécularisation du couvent, l'instrument tomba dans l'oubli et fut partiellement mis à mal. Une première restauration eut lieu en 1944-45, puis, plus récemment, en 1991 (par la Manufacture Kuhn). Cette manufacture décida de revenir à l'état de l'orgue Speisseger de 1746.

   -  Le Grand Orgue

Voici, sans doute, l'une des pièces maîtresses de la facture d'orgue du début du 18ème siècle en Suisse et en Europe centrale. Cet orgue est l'oeuvre du facteur Johann Christoph Leu de Augsburg en Allemagne (vie: 1675-1749). Cet orgue est un témoin quasi unique, préservé aussi intégralement, de la facture de cet organier. Le contrat prévoyait, à la livraison, un Grand Orgue de deux claviers et pédalier, avec Positif séparé et une trentaine de jeux. Un troisième clavier était prévu pour actionner un Carillon de 45 timbres. Après livraison et installation, on constata que ce 3ème clavier (Carillon) n'était pas complètement convenable dans une église abbatiale ! Le facteur Leu reçut donc le mandat complémentaire de faire parler, au 3ème clavier, des jeux de Flûtes. L'orgue fut reçu avec satisfaction en décembre 1715. Friedrich Haas est intervenu sur cet orgue entre 1840-41. Haas est une figure très marquante de la facture d'orgues en Suisse au 19ème siècle. Le Grand Orgue de Rheinau perdit son style baroque pur pour devenir préromantique. La Manufacture Kuhn a restauré, en 1988-1990, ce magnifique instrument en lui rendant son état de 1715.

[Note sur Friedrich Haas: sa vie s'étend de 1811 (né à Laufenburg, Bade-Wurtemberg) à 1886 (décédé à Lucerne, Suisse). Il fut d'abord collaborateur de Eberhard Friedrich Walcker. Puis il s'installa à son compte, en Suisse, en 1840. Il s'occupa, notamment, du Grand Orgue de la Hofkirche de Lucerne (1859-62). Haas a construit ou transformé 23 orgues en Suisse. En 1868, il transmit son entreprise à son collaborateur Friedrich Goll à Lucerne. Il fonctionna alors, par la suite, comme expert. Haas rencontra Cavaillé-Coll à Berne en 1844. Il se lièrent d'amitié. En 1846, Haas séjourna à Paris pour s'inspirer des orgues françaises du milieu du 19ème siècle. Haas fonctionna comme expert pour la construction du Grand Orgue du Münster de Bâle, en collaboration avec Johann Gottlob Töpfer. La facture d'orgue de Haas est considérée comme une synthèse remarquable entre les 19èmes siècles français et allemand. On notera que Friedrich Haas travailla, entre autres, au Grand Orgue de la Stadtkirche de Winterthur ].


•  Composition actuelle de l'orgue de choeur de la Klosterkirche de Rheinau (état de 1746):

Clavier manuel (C-c''') Principal 8', Coppel 8', Suavial (depuis c') 8', Octav 4', Flauto 4', Nasat 2 2/3', Superoctav 2', Sesquialter (Terz) 1 3/5', Larigot 1 1/3', Mixtur 3f 1'.

Pedal (C-a): Subbass 16', Praestant 8'.

Les deux niveaux possèdent l'octave courte. Il y a un tirant pour l'accouplement de la Pédale. Traction entièrement mécanique. Sommiers à coulisses. Inauguré, un fois restauré par Kuhn, en 1991.


•  Composition actuelle du Grand Orgue Leu / Kuhn (1715-1990) de la Klosterkirche de Rheinau (état de 1715):

Clavier 1 (Positif de dos, C-c'''): Coppel 8', Principal 4', Nachthorn (Cor de nuit) 4', Flöth (Flûte) 4', Superoctav 2', Quint 1 1/3', Zymbal 2f 1 1/3', Mixtur 2f 1', Sedecima 1'.

Clavier 2 (Hauptwerk, Grand-Orgue, C-c'''): Principal 8', Spitzflöthen (Spitzflöte) 8', Salicet (proche du Salicional) 8', Coppel 8', Octav 4', Rohrflöthe (Flûte à cheminée) 4', Quint 2 2/3', Superoctav 2', Zymbal (Cymbale) 3f 1 1/3', Mixtur 4f 1', Hörnle 2f 1', Sedecima 1', Fagott (Basson) 8'.

Clavier 3 (Oberwerk, C-c'''): Coppel 8', Octav Flöthe 4', Flöthen (Flûtes) 4', Flöthen 2', Sedecima 1', Geygen Regal (Régale) 8'.

Pédalier (C-a): Principal 16', Sub-Pass (Soubasse) 16', Octav 8', Octav 4', Quint 2 2/3', Mixtur 6f 2', Bombardon (Bombarde) 16', Posaun (Trombone) 8'.

Traction entièrement mécanique. Sommiers à coulisses. Accessoires: Vogelgesang (Chant d'oiseau); Dreifacher Zimbelstern (Cymbelstern triple). Tremulant (Tremblant) sur le Positif. Accouplement à tiroir: I/II. Sperrventil sur HP et RP. Les 4 niveaux de cet orgue possèdent l'octave courte.

[Pour des commentaires sur les jeux, voir la rubrique adéquate de notre site].


•  Liens Internet à consulter:

     -  brochure: Klosterkirche Rheinau, par Hans Martin Gubler, Schweizerische Kunstführer GSK, 35 pages, Bern, 1999.

     -  http://www.rheinau.ch/de/ (site concernant Rheinau),

     -  http://www.kath.ch/rheinau (site concernant l'abbaye),

     -  http://www.rheinauerkonzerte.ch/ (les concerts donnés à Rheinau),

     -  http://www.rheinau.ch/de/tourismus/sehenswuerdigkeiten/ (curiosités à voir à Rheinau),

     -  http://www.inselrheinau.ch/ (site Pro Insel de Rheinau),

     -  http://www.sh-orgel.ch/orgeln/rheinau.html (page sur le Grand Orgue de Rheinau),

     -  http://de.wikipedia.org/wiki/Rheinau_ZH (autre lien pour Rheinau),

     -  http://de.wikipedia.org/wiki/Kloster_Rheinau (autre lien pour la Klosterkirche de Rheinau),

     -  lien direct avec la page de l'orgue de choeur dans le site Kuhn: cliquer ici ,

     -  lien direct avec la page du Grand Orgue dans le site Kuhn: cliquer ici .


•  Ci-dessus, en guise de vignette agrandissable de cette page, nous mettons un cliché personnel du Grand Orgue Leu-Kuhn (1715-1990) de la Klosterkirche de Rheinau. Cliquer sur l'image pour l'agrandir. Les autres clichés personnels (sept. 2008) figurent dans la rubrique "photos" attenante à cette page de texte.


Vue intérieure de l'église baroque imposante, Rheinau: ci-dessous, à droite

Vue intérieure de la Klosterkirche baroque de Rheinau. Cliché personnel (sept. 2008)


Vue de la façade de la Klosterkirche de Rheinau: ci-dessous, à droite

Vue de la Klosterkirche de Rheinau (en réfection en sept. 2008). Crédit: //de.wikipedia.org/

Informations :

•  Accueil: orgues et vitraux

•  Rafraîchir l'affichage: appuyer sur les touches ctrl et r 

•  Les photos personnelles de ce site sont la propriété intellectuelle exclusive de l'auteur (©) [mention: cliché personnel dans l'info-bulle de la photo]   


 
 
© 2007 VTX Webpme. Tous droits réservés - Un produit Internet Solutions by VTX
Retour Homepage