WebPME
Retour à la page d'accueil OK     Plan du site     Imprimer Imprimer    
  Vous êtes ici :  Accueil > Continents, pays, villes, lieux > Suisse > Argovie, canton > Muri (monastère, orgues, vitraux)
Continents, pays, villes, lieux
Afrique du Sud
Allemagne
Angleterre (Great Britain)
Australie
Autriche
Belgique
Canada
Danemark
Etats-Unis d'Amérique
France
Hollande (Pays-Bas)
Italie
Liechtenstein
Luxembourg
Norvège
Pologne
République tchèque
Suède
Suisse
Appenzell, canton et ville
Argovie, canton
Aarau (la Stadtkirche)
Beinwil am See: église réformée, orgue Graf
Berikon: église catholique
Bremgarten (sur la Reuss), Argovie
Eggenwil (église catholique, orgue)
Gränichen (église, orgue)
Lenzburg (Stadtkirche, orgue)
Muri (monastère, orgues, vitraux)
Photos (Muri: orgues, église)
Photos (Muri: vitraux Renaissance)
Safenwil (église réformée)
Schöftland (église catholique)
Schöftland (église réformée)
Suhr (église catholique)
Suhr (église réformée)
Unterkulm (église réformée)
Wildegg: église St. Antonius
Zofingen (Stadtkirche: 2 orgues Metzler)
Bâle-Campagne, demi-canton
Bâle-Ville, demi-canton
Berne, canton
Fribourg, canton
Genève, canton
Glaris, canton
Grisons, canton
Jura, canton
Lucerne, canton
Neuchâtel, canton
Nidwald, demi-canton
Obwald (demi-canton): Engelberg
Obwald (demi-canton): autres lieux
St-Gall, canton
Schaffhouse, canton
Schwyz (Schwytz), canton
Soleure, canton
Tessin, canton
Thurgovie, canton
Uri, canton
Valais, canton
Vaud, canton
Zoug, canton
Zurich, canton
Orgues, Salles de Musique
Facteurs d’orgues
Facteurs de clavecins
Compositeurs (orgue)
Compositeurs (divers)
Clavecins
Orgues
Autres instruments
Musique (terminologie)
Architecture
Art du Vitrail
Interprètes (orgue)
Autres interprètes div.
Interprètes (tous instruments)
Horlogerie
Bibliographie
Liens
Dernières nouvelles, mises à jour récentes
Muri (monastère, orgues, vitraux)


Canton d'Argovie: le monastère bénédictin de Muri, cinq orgues baroques, vitraux Renaissance

Grand Orgue Schott - Bossard (18ème s.) de l'octogone de Muri (Argovie). Cliché personnel (2007)



  Bibliographie:

-  L'abbaye de Muri, par Peter Felder, Guides des Monuments Suisses (SHAS), Société d'Histoire de l'Art en Suisse, Berne, 2002 (3ème éd. revue et actualisée).

-  L'église conventuelle de Muri, un monument historique d'importance nationale, dépliant historique à l'usage du visiteur (1990).

-  Kloster Muri, der Kreuzgang (le cloître) und seine Renaissance-Glasscheiben, par Martin Allemann, publication disponible à l'entrée de l'abbatiale, édition 2007.

  Quelques sites Internet Importants:

Le deuxième lien ci-dessus mène aux orgues de Muri et à leur histoire. Le 4ème lien est un fichier pdf que l'on peut imprimer pour connaître l'histoire et les compositions des 5 orgues. Le 6ème lien est relatif aux Bénédictins. Le dernier lien parle d'une réalisation du facteur d'orgues Edskes.

-  Lien spécifique avec le site du facteur Kuhn pour le Grand Orgue de Muri: cliquer ici pour voir.

-  Lien spécifique avec le site du facteur Kuhn concernant l'orgue de choeur de Muri: cliquer ici pour voir.



•  La fondation de l’abbaye bénédictine de Muri remonte à 1027 (époque romane). Elle fut fondée par Ita de Lorraine épouse du comte Radbot de Habsbourg. Cette fondation bénédictine bénéficia de l’impulsion donnée par des moines d’Einsiedeln qui s’établirent à Muri sous la conduite d’un prieur nommé Reginbold. Le premier abbé de Muri fut élu en la personne du prieur Bourcard en 1065. Des moines s’installèrent à Muri en provenance de St. Blasien, pour y introduire les coutumes clunisiennes. L’avouerie passa aux Habsbourg tandis que la basse juridiction fut détenue depuis 1114 par le couvent qui avait sa propre école et sa chambre d’écriture. La prospérité de Muri permit au couvent d’envoyer en 1120 des moines à Engelberg dont le couvent venait d’être fondé. Muri a bénéficié d’un rayonnement culturel considérable. Le « Jeu de Pâques », écrit vers 1250 à Muri, est le plus ancien drame religieux rédigé en langue allemande. Après la conquête de l’Argovie, l’avouerie du couvent de Muri échut aux Confédérés suisses en 1415. La fin du Moyen Âge fut marquée par un certain relâchement de la discipline conventuelle. Mais, habilement dirigé, le couvent de Muri fit face aux dangers. Le début de l’époque moderne est marqué par trois grands Abbés à Muri :

Laurenz von Heidegg (1508-1549), véritable prélat de la Renaissance qui permit au monastère de traverser la Réforme. 

Johann Jodok Singisen (1596-1644) qui fut un grand représentant de la Contre-Réforme en Suisse. 

Plazidus Zurlauben (1684-1723) premier prince-abbé de Muri qui oeuvra à l’accroissement des biens du monastère et lui donna sa véritable splendeur baroque qui fascine tant le visiteur.

Durant les Guerres napoléoniennes, le couvent de Muri eut à se battre pour sa survie. Malheureusement, sa suppression finit par arriver en 1841, sur intervention armée de l’Etat. La Communauté émigra à Sarnen. Par piété envers les fondateurs, les successeurs à Muri prirent en main la destinée du couvent. En 1845, l’abbé Adalbert Regli fit établir une communauté irréprochable de chanoines à Gries, près de Bozen, dans une collégiale de moines augustins que la maison impériale d’Autriche leur avait laissée et où, comme à Sarnen en Suisse, se perpétue la tradition de Muri encore actuellement. Actuellement, depuis 1957, Muri est un hospice bénédictin et une école.

  Architecture: le premier monastère fut de construction romane et en porte encore les traces bien visibles. La grande transformation baroque eut lieu sous le règne de l’abbé Plazidus Zurlauben. Cette transformation occupa sensiblement la période de 1684 à 1697. Le sommet architectural fut atteint par la fameuse coupole (ou OCTOGONE) de Muri, très célèbre dans le monde de l’art architectural baroque. Au 18ème siècle, les agrandissements et les adjonctions décoratives se multiplièrent. Un vaste projet de monastère agrandi fut décidé en 1789 sous le dernier abbé (Gerold II Meyer), mais l’invasion française mit un terme à ce projet grandiose. Cependant, même partiellement réalisée, la construction prévue mesure tout de même 218 m de long (aile orientale). De grands noms de l’architecture baroque autrichienne, d’architectes de la Cour de Fürstenberg, de fresquistes tessinois, de sculpteurs, peintres et doreurs de l’Allemagne méridionale, mais aussi d’artisans talentueux locaux et suisses sont attachés à ce monument grandiose et si original. Ainsi, par exemple, la grille du chœur est un chef-d’œuvre de la ferronnerie de 1745-46, avec des effets de perspective remarquables. L’ange jouant de la trompette et surmontant la coupole de l’octogone à l’extérieur date de 1695 (dorure refaite récemment). Dans ce monument unique en Suisse, et en Europe occidentale, se mêlent les styles roman, gothique et baroque dans une impression d’unité remarquable. L’OCTOGONE de Muri reste un monument majeur de la création artistique occidentale dans le domaine monastique.

  Les Orgues. On dénombrait à Muri cinq orgues : un Grand Orgue (encore en place), un Orgue de l’Evangile (encore en place à gauche en entrant), un Orgue des Epîtres (encore en place à droite en entrant), un orgue de chœur dont une copie existe, dans le chœur, à Muri (l’original étant au Landesmuseum de Zürich) et une Régale portative (copie à Muri et original au Musée Richard Wagner de Lucerne).

Dans les liens Internet ci-dessus, nous avons mis un lien spécifique (au format pdf) donnant, en allemand, toute l’histoire et les compositions de ces instruments (4 pages imprimables).

Le cloître et ses exceptionnels vitraux de la Renaissance: le cloître de Muri est mondialement connu pour ses verrières Renaissance. Le cloître fut construit de 1534-1535. Les fenêtres sont occupées, en grande partie, par des copies très fidèles des vitraux du 16ème siècle. Cela représente 19 fenêtres comprenant 57 vitraux offerts, à l’époque, par des établissements religieux, des cantons confédérés, des villes, des magistrats suisses ou étrangers. Ces vitraux sont attribués à deux artistes suisses : Carl von Egeri de Zürich et Heinrich Leu de Zürich (puis ensuite établi à Aarau). Ces deux artistes ont travaillé pour Muri de 1554 à 1558. A Muri figure un des témoins les plus importants et les plus accomplis de l’art du vitrail de la Renaissance en Suisse et probablement en Europe centrale. Nous présentons, dans la rubrique concernant les vitraux de Muri, la collection complète de ces vitraux en photographies personnelles (faites en juillet 2007).

  Grand Orgue: tribune, Grand orgue et Positif ont été construits de 1619 – 1630 par l’organier Thomas Schott, originaire d’Urach mais établi à Bremgarten depuis 1616. L’orgue possédait 28 jeux que Joseph et Viktor Ferdinand Bossard étendirent, en 1743-44, à 34 jeux. Une première restauration-restitution eut lieu par Metzler - Edskes (de 1966-1971) et plus récemment par la manufacture Kuhn (en 2005 : reconstruction notamment de la soufflerie). L’instrument comprend 2 claviers et un pédalier.

La composition de cet orgue, comme celle de tous les autres instruments de Muri, est fournie dans les liens suivants :


•  L’orgue de l’Evangile (à gauche en entrant) est un instrument de Joseph et Viktor Ferdinand Bossard (1743). Restauration par Metzler – Brühlmann (1961-62) puis par Edskes (1991-92). L’instrument comprend un clavier et un pédalier. L’ensemble de l’orgue est pratiquement entièrement d’origine.

•  L’orgue des Epîtres (à droite en entrant) est un instrument également de Joseph et Viktor Ferdinand Bossard (1743). Il a été restauré par Metzler – Brühlmann (1961-62), puis par Edskes (1991-92). L’instrument, plus richement doté en jeux que celui de l’Evangile, comprend un clavier et un pédalier. L’ensemble de l’orgue est pratiquement entièrement d’origine.

•  Le Positif dans le chœur est un petit instrument de 4 jeux de Karl Joseph Maria Bossard de Baar (1777-78). La copie, visible à Muri, a été faite par le facteur suisse Bernhardt H. Edskes (Wohlen) en 1992.

•  La Régale portative de Muri date de 1644 (par le facteur Johann Christoph Pfleger de Bremgarten). La copie en a été faite par le même facteur Edskes en 1991.

Il est pratiquement impossible d’énumérer toutes les œuvres d’art et les richesses immenses que l’on peut admirer au monastère de Muri. Le touriste curieux de l’art baroque, de l’orgue, des vitraux anciens, peut largement passer une journée en ces lieux remarquables.



•  Nous donnons, en deux rubriques attenantes à cette page de texte, deux rubrique de photos personnelles effectuées le 14 juillet 2007 à Muri : la première série de photos est consacrée à l’église et aux orgues; la seconde série de photos est exclusivement consacrée aux vitraux exceptionnels du cloître (vitraux de la Renaissance).



•  En guise de vignette agrandissable de cette page de texte, nous mettons une photo personnelle du Grand Orgue de l'église abbatiale de Muri (18ème s.). Cliquer sur l'image pour l'agrandir.

Haut de page

Informations :

•  Accueil: orgues et vitraux

•  Rafraîchir l'affichage: appuyer sur les touches ctrl et r 

•  Les photos personnelles de ce site sont la propriété intellectuelle exclusive de l'auteur (©) [mention: cliché personnel dans l'info-bulle de la photo]. Toute transgression du © sera traquée: veuillez indiquer honnêtement vos sources et prendre contact avec l'auteur... 


 
 
© 2007 Arcantel SA. Tous droits réservés - Un produit Internet Solutions by Arcantel
Retour Homepage