WebPME
Retour à la page d'accueil OK     Plan du site     Imprimer Imprimer    
  Vous êtes ici :  Accueil > Continents, pays, villes, lieux > Suisse > Bâle-Ville, demi-canton > Bâle - Cathédrale
Continents, pays, villes, lieux
Afrique du Sud
Allemagne
Angleterre (Great Britain)
Australie
Autriche
Belgique
Canada
Danemark
Etats-Unis d'Amérique
France
Hollande (Pays-Bas)
Italie
Liechtenstein
Luxembourg
Norvège
Pologne
République tchèque
Suède
Suisse
Appenzell, canton et ville
Argovie, canton
Bâle-Campagne, demi-canton
Bâle-Ville, demi-canton
Bâle - Cathédrale
Galerie photos
Bâle - Clarakirche (orgue Metzler)
Bâle - Eglise Don Bosco
Bâle - Elisabethenkirche
Bâle - Leonhardskirche (orgue)
Bâle - Marienkirche (St. Marien)
Bâle - Martinskirche
Bâle - Pauluskirche (Art Nouveau)
Bâle - Peterskirche (orgue)
Bâle - Predigerkirche
Bâle - Theodorskirche (orgue Kern)
Berne, canton
Fribourg, canton
Genève, canton
Glaris, canton
Grisons, canton
Jura, canton
Lucerne, canton
Neuchâtel, canton
Nidwald, demi-canton
Obwald (demi-canton): Engelberg
Obwald (demi-canton): autres lieux
St-Gall, canton
Schaffhouse, canton
Schwyz (Schwytz), canton
Soleure, canton
Tessin, canton
Thurgovie, canton
Uri, canton
Valais, canton
Vaud, canton
Zoug, canton
Zurich, canton
Orgues, Salles de Musique
Facteurs d’orgues
Facteurs de clavecins
Compositeurs (orgue)
Compositeurs (divers)
Clavecins
Orgues
Autres instruments
Musique (terminologie)
Architecture
Art du Vitrail
Interprètes (orgue)
Autres interprètes div.
Interprètes (tous instruments)
Horlogerie
Bibliographie
Liens
Dernières nouvelles, mises à jour récentes
Bâle - Cathédrale


Canton de Bâle-Ville, Cathédrale

Vue de l'orgue Mathis du Münster de Bâle. Cliché personnel (pris en 2006)


  Bibliographie :
 

  • Die neue Orgel des Basler Münsters, par Günter Lade, monographie richement illustrée et établie par plusieurs auteurs, notamment Peter Märkli et Hermann Mathis (64 pages), Basel 2003, Eglise réformée évangélique de la Ville de Bâle (ce livre est en vente à la cathédrale).
       
  • Eglises et Monastère suisses, par K. Speich et H.R. Schläpfer, Editions Ex Libris, Zürich, 1979.
       
  • Sites Internet divers à consulter : 
       

-  http://www.mathis-orgelbau.ch/ .

-  http://www.baslermuenster.ch/ , et  http://www.muensterbasel.ch/ ,

http://de.wikipedia.org/wiki/Basler_M%FCnster .

http://fr.wikipedia.org/wiki/B%E2le-Ville

-  http://de.wikipedia.org/wiki/Portal:Basel .

http://www.picswiss.ch/06-BS/s-BS-06/sBS-63-14.html (cathédrale de Bâle). 

http://www.mathis-orgelbau.ch/orgeln/basel.htm (monographie en allemand sur les orgues du Münster de Bâle, n'est plus obtenable, mais nous l'avions achetée en son temps),

-  lien pour cet orgue: cliquer ici ,

http://peter-fasler.magix.net/public/BSProfile/muenster_2003.htm (lien pour l'orgue avec historique),

http://peter-fasler.magix.net/public/BSProfile/muenster_1955.htm (anciens orgues, avec historique),

http://www.flickr.com/photos/40826712@N00/4058831715/ (nef et grand orgue, © !!). 


  Un peu d'histoire sur le Münster de Bâle : l'histoire montre qu'une première église épiscopale fut élevée à cet emplacement vers l'an 400. Un évêque pour Augst et Bâle est nommé en 615. On a découvert des vestiges d'une crypte de l'ère carolingienne (vers 802 à 823) [par l'évêque Haito, conseiller de Charlemagne]. Ces premiers lieux de culte furent détruits par les Hongrois en 917. Ce n'est qu'en 1019 qu'une première cathédrale ottonienne est consacrée à Bâle. L'évêque Adalbert est élevé au rang de Prince d'Empire. Un incendie ravagea l'édifice en 1185. Rapidement, une nouvelle cathérale romane tardive fut construite. Elle fut achevée en 1225. Il s'agissait d'une basilique mariale à 3 nefs avec triforium et transept + tribunes. Une crypte importante, en deux parties, surélève le choeur et s'ouvre vers la nef. On remarque aussi un déambulatoire, l'un des premiers construits en région germanique. Un portail sculpté roman tardif, dit "Portail de St Gall", orne le bras nord du transept. C'est aussi l'un des premiers portails figuratifs en zone germanique. Mais il est influencé par la sculpture bourguignonne. Le Münster de Bâle est l'un de ces majestueux Dômes impériaux qui jalonnent le Rhin. Des modifications gothiques furent apportées au 14ème siècle. Mais le grand tremblement de terre, en 1356, détruisit une partie de la ville et sa cathédrale (voûtes, tours, le haut du choeur...). La cathédrale fut reconstruite avec la conservation des bases romanes, mais en style gothique rayonnant français (architecte: Jean de Gmünd). La cathédrale fut étendue à 5 nefs. Au 15ème siècle, on reprit des vestiges d'un protail gothique rayonnant, avec statues, pour orner la nouvelle façade du Münster. Des statues de l'époque 1270 à 1300 furent incluses dans cette façade. L'architecte Ulrich Elsinger (auteur de la tour de la cathédrale d'Ulm et de celle de Strasbourg) construisit la tour Saint-Georges qui fut achevée en 1428. L'autre tour du Münster de Bâle, celle de St-Martin fut élevée par Jean de Nussdorf de 1488 - 1500. La façade du Münster prend donc actuellement un aspect gothique flamboyant. L'iconoclastie de la Réforme occasionna quelques dégâts à notre belle cathédrale bâloise (perte de pièces de mobilier, désaffection des orgues....). La reine Anne de Hohenberg, première épouse de Rodolphe de Habsbourg, est inhumée en la cathédrale de Bâle, avec son jeune fils: monument funéraire célèbre sculpté en 1281 (gothique primaire). Les vitraux du choeur et ceux des croisillons du transept datent du milieu du 19ème siècle (rose avec l'Etoile de David; Moïse, David, les Evangélistes dans le choeur; vitraux exécutés notamment par Gaspar Gsell de Paris et par Franz Xaver Eggert de München).

  Quelques dates importantes pour Bâle : vers 40-43 av JC, fondation de la Colonia Raurica, romaine. En 374 après JC, première mention de Basilia en rapport avec l'empereur romain Valentinien 1er qui y séjourne. Au 7ème s., tranfert définitif du siège épiscopal de Kaiseraugst à Bâle. En 917: attaque des Hongrois, qui détruisent la cathédrale. En 1006, Henri II accepte Bâle comme gage pour le rattachement ultérieur de la Bourgogne à l'Empire allemand. En 1019: consécration de la cathédrale avec présence de Henri II. Vers 1225, construction du 1er pont en dur sur le Rhin. 1348-49: épidémie de peste. 1356: fort tremblement de terre suivi d'un incendie de la ville. 1362-98: construction de la muraille fortifiée de Bâle. 1431 - 1448: Concile général à Bâle avec élection de l'anti-pape Felix V. 1444 : bataille de St Jacques sur la Birse; les Confédérés se battent contre une armée de mercenaires levée par le Dauphin de Fance. 1460 : inauguration de l'Université de Bâle, la plus ancienne de Suisse. 1501 : Bâle entre dans la Confédération helvétique. 1529: triomphe de la Réforme à Bâle. En 1648, l'Empire d'Allemagne reconnaît l'indépendance de la Suisse. 1833: séparation du canton en deux demi-cantons (Bâle-Ville et Bâle-Campagne). 1844: Bâle est la première ville suisse a être reliée à un réseau ferroviaire (ligne Bâle-Strasbourg).

  Les orgues de la cathédrale de Bâle : la monographie mentionnée ci-dessus dans le haut de cette page retrace par le détail l'histoire des orgues du Münster de Bâle. On estime qu'à la Pentecôte 1303, un orgue a résonné dans notre cathédrale. Il disparut probablement dans le tremblement de terre de 1356 ! Un nouvel instrument a probablement résonné à nouveau vers la fin du 14ème siècle. Des gavures du 15ème siècle montrent l'intérieur du Münster avec un orgue placé en nid d'hirondelles dans la nef. En 1474, un orgue Renaissance sonne au Münster (Maître Georg Falw d'Ulm). Cet orgue restera en place jusqu'au...19ème siècle. On a des gravures de cet instrument qui devait être magnifique avec des volets peints par Hans Holbein le Jeune. La tempête réformée, iconoclaste, a épargné de manière surprenante l'orgue du Münster ! En 1561, le pasteur du Münster, le Dr Simon Sulzer, permet à l'orgue de résonner à nouveau sous les voûtes bâloises. Bâle va voir s'installer, au Münster, en 1710-11, un orgue d'Andreas Silbermann, dont la composition nous est encore connue (Oberwerk, Positif, Pédale). En 1770, le "Silbermann" sera révisé et amélioré par Daniel Silbermann. Jusqu'en 1797, le facteur Johann Jacob Brosy s'occupera de l'orgue Silbermann. Au début de 1850, un legs conséquent permet d'envisager la construction d'un grand orgue. Cet instrument sera élevé par le facteur Friedrich Haas (vie : 1811-1886); ce dernier fut élève du grand Walcker de Ludwigsburg avec lequel il construisit un grand orgue à Frankfurt. Hass ne travailla ensuite pratiquement qu'en Suisse (Zürich, Winterthur...et Bâle). Des gravures anciennes montrent le grand orgue Friedrich Haas, en tribune, vers 1855. Il comptait 60 jeux. La composition de l'orgue Haas du Münster de Bâle nous est connue : grand buffet néo-gothique, 4 claviers, pédalier). 1891 : révision de l'orgue par le facteur bâlois E. Buff et le facteur de Stuttgart, Carl G. Weigle. Au début du 20ème siècle, l'orgue bâlois est porté à 82 jeux. Puis vient l'orgue de la manufacture Kuhn en 1955, suite au fameux mouvement de l'Orgelbewegung. Une Commission pour de Nouvelles Orgues au Münster de Bâle va siéger alors de 1995 à 2003.  Des projets furent proposés, discutés. Finalement, la manufacture suisse Mathis-Orgelbau "décrocha" le contrat. Le Grand Orgue Mathis, de 2003, est l'instrument que l'on peut admirer actuellement au Münster de Bâle. Cette façade d'orgue ne laisse pas indifférent, c'est le moins que l'on puisse dire ! Des conditions avaient été posées : ne pas masquer le grand vitrail de façade, produire un buffet moderne sans rapport avec un style, une époque anciens, la tribune ne devait pas être "cassée" par la présence d'un Positif de dos. L'orgue Mathis satisfait à ces conditions, c'est bien pour cela qu'il "dérange" le visiteur, tout empreint des beaux Silbermann des alentours, lorsqu'il contemple le Grand Mathis du Münster ! Cet orgue est pourvu de deux consoles, une en fenêtre en tribune et l'autre mobile dans la nef. Pour mémoire, ci-dessous, la composition de l'orgue Kuhn, puis celle de l'orgue Mathis ensuite. La cathédrale de Bâle ne contient pas d'orgue de choeur, à notre connaissance.
 

[ Composition de l'orgue Kuhn du Münster de Bâle (qui précéda l'orgue Mathis actuel, en 1955) : clavier 1 = Positif avec Prinzipal 8', Gedackt 8', Quintaden 8', Praestant 4', Rohrflöte (Flûte à cheminée) 4', Superoktave 2', Sesquialtera 2 2/3' + 1 3/5', Mixtur 4f 1', Zimbel (Cymbale) 3-4f 1', Dulzian 16', Cromorne 8', Musette 4'. Clavier 2 = Prinzipal 16', Quintaden 16', Prinzipal 8', Bordun 8', Offenflöte 8', Oktave 4', Hohlflöte 4', Gemshorn 4', Mixtur maior 5-6f 2', Mixtur minor 5-6f 1', Kornett 5f 8', Bombarde 16', Trompete 8', Clairon 4'. Clavier 3 = Oberwerk avec Gedackt 16', Prinzipal 8', Rohrflöte 8', Salizional 8', Unda maris 8', Oktave 4', Nachthorn 4', Superoktave 2', Waldflöte 2', Quinte 2 2/3', Terz (Tierce) 1 3/5', Mixtur 4-5f 2', Scharf (Mixture aiguë) 4f 1', Basson 16', Trompette harmonique 8', Oboe 8', Clairon 4'. Clavier 4 = Brustwerk avec Suavial 8', Gedackt 8', Oktave 4', Gedacktflöte 4', Quintflöte 2 2/3', Flageolet 2', Larigot 1 1/3', Sifflöte (Sifflet) 1', Scharf 4f 1', Terzzimbel (Cymbale-Tierce) 3f 1/5', Regal 8', Schalmei (Chalumeau) 4'. Pédalier = Prinzipalbass 32', Prinzipalbass 16', Subbass 16', Gedacktbass 16', Prinzipal 8', Gedackt 8', Spitzflöte 8', Oktave 4', Flöte 4', Nachthorn 2', Rauschpfeifen 5f 4', Acute 5f 2', Posaune (Trombone) 16', Sordun 16', Zink (anche) 8', Dulzian 8', Klarine 4'. Accouplements : 7 normaux. 3 combinaisons libres et 3 combinaisons fixes. Tremolo au Brustwerk. Tirasses pour le 16' aux manuels, le 32' à la Pédale, le 16' à la Pédale. Crescendo. Pédales d'expression pour les claviers 3 et 4, etc.... ]

 
Composition de l'orgue Mathis du Münster de Bâle, actuellement ( 2003 ): Unterwerk = Praestant 8', Gedackt 8', Quintatön 8', Oktave 4', Rohrflöte 4', Sesquialtera 2f 2 2/3', Oktave 2', Blockflöte 2', Larigot 1 1/3', Scharff (Mixture aiguë) 4-5f 1 1/3', Krummhorn (Cromorne) 8'. Hauptwerk = Grand-Orgue avec Prinzipal 16', Bourdon 16', Oktave 8', Bourdon 8', Flûte harmonique 8', Gambe 8', Oktave 4', Flöte 4', Grossterz (Grosse Tierce) 3 1/5', Quinte 2 2/3', Superoktave 2', Mixtur major 5f 2 2/3', Mixtur minor 4f 1 1/3', Cornet 5f 8', Trompete 16', Trompete 8', Clairon 4'. Schwell-Positiv = Positif expressif avec Pommer 16', Prinzipal 8', Doppelflöte 8', Violflöte 8', Salicional 8', Unda Maris 8', Fugara 4', Trichterflöte (Flûte à pavillon) 4', Gemshorn 4', Nasard 2 2/3', Doublette 2', Terz (Tierce) 1 3/5', Mixtur 4-5f 2', Cymbel (Cymbale) 3f 1', Fagott 16', Zinke (anche) 8', Clarinette 8', Tremulant. Schwellwerk = Récit expressif avec Bourdon 16', Diapason 8', Cor de nuit 8', Viole de Gambe 8', Voix céleste 8', Prestant 4', Flûte octaviante 4', Salicet 4', Octavin 2', Piccolo 1', Harm. aetherea 2 2/3', Plein-Jeu 5f 2 2/3', Bombarde 16', Trompette harmonique 8', Hautbois 8', Voix humaine 8', Clairon 4', Tremulant. Pédalier = Prinzipal 32', Subbass 32', Holzprinzipal (Principal en bois) 16', Gedecktbass 16', Violone 16', Oktave 8', Flöte 8', Cello 8', Oktave 4', Flöte 4', Hintersatz 4f 4', Mixtur 4f 2 2/3', Bombarde 16', Posaune 16', Trompetenbass 8', Tromba 8'. L'instrument pèse 27 tonnes. La traction est double : mécanique et électronique pour permettre à l'organiste de jouer depuis la nef. Combinateur pour 4000 combinaisons. Il y a 12 possibilités d'accouplements. Il y a 2 pédales expressives pour le Positif expressif et le Récit. Les plus longs tuyaux mesurent 9,28 m de haut. Le La est à 440 Hz à 16° C. Les claviers comptent 58 touches et le pédalier 30 marches.
 

•  Voici maintenant à nos clichés personnels réalisés à Bâle, le 9 septembre 2006 : consulter la rubrique " Galerie de photos " de la cathédrale de Bâle (voir menus à gauche de l'écran). Ci-dessus, en haut de cette page de texte, nous mettons un cliché personnel du Grand Orgue Mathis de la cathédrale de Bâle (cliché pris en automne 2006). Cliquer sur l'image pour l'agrandir.  

Haut de page

Informations :

•  Accueil: orgues et vitraux

•  Rafraîchir l'affichage: appuyer sur les touches ctrl et r 

•  Les photos personnelles de ce site sont la propriété intellectuelle exclusive de l'auteur (©) [mention: cliché personnel dans l'info-bulle de la photo]. Toute transgression du © sera traquée: veuillez indiquer honnêtement vos sources et prendre contact avec l'auteur... 


 
 
© 2007 Arcantel SA. Tous droits réservés - Un produit Internet Solutions by Arcantel
Retour Homepage